Installation de la fibre : Orange dévoile les différents cas de refus

Installation de la fibre : Orange dévoile les différents cas de refus

Refus tiers, problèmes de syndics de copropriétés… L’arrivée de la fibre peut se heurter à plusieurs problématiques.

Beaucoup l’attendent, certains s’en fichent, mais la fibre optique est le chantier majeur du milieu des télécoms. A l’heure où le déploiement pour l’ensemble de la population est prévu pour 2025 avec pour le moment plus de 30 millions de foyers éligibles, il reste encore du travail.

Et une autre échéance approche : la fin du réseau cuivre d’ici 2030. Pour certaines métropoles, le 100% de foyers éligibles est proche, c’est notamment le cas à Amiens, en Picardie. Dans cette zone, 95% des foyers de l’agglomération sont reliées à la fibre, mais qu’en est-il des logements restants ? Divers soucis peuvent être rencontrés.

L’opérateur explique par exemple que dans le cadre des logements collectifs, “il s’agit le plus souvent de syndics qui ont oublié de faire les démarches“, précise Ludovic Guilcher, directeur Orange Grand Nord Est. Il indique par ailleurs qu’au besoin, il est possible de contacter l’opérateur en appelant le 3900 et “des négociateurs peuvent aller à la rencontre” de ces syndics.

Dans le cas des logements de particuliers, deux situations se présentent assez fréquemment. “Il y a les gens qui sont déjà raccordés à la VDSL et qui, par conséquent, n’éprouvent pas le besoin de passer à la fibre, même si le débit de cette dernière reste bien plus élevé“, explique le délégué régional Picardie d’Orange.

Vient ensuite ce que l’on appelle “un refus tiers”, c’est à dire un refus net de l’habitant. L’argument le plus souvent utilisé est avant tout esthétique : de nombreux habitants d’Amiens ne voudraient pas voir s’installer les boîtiers de l’opérateur sur leur façade. Cependant, cette décision peut parfois impacter les voisins, Orange n’étant ainsi plus capable de les raccorder. L’opérateur historique appelle ainsi les retardataires à se manifester pour enclencher les démarches.

Source : Le Courrier Picard