ADSL : Free, SFR et Bouygues refusent encore une fois de payer plus cher Orange

ADSL : Free, SFR et Bouygues refusent encore une fois de payer plus cher Orange

Pomme de discorde depuis longtemps entre Orange et ses concurrents, la hausse du tarif du dégroupage revient sur le tapis.

Alors que la fermeture du réseau cuivre est attendue d’ici à 2030, l’Arcep a entendu les opérateurs en vue d’une possible hausse du tarif demandé par Orange pour louer ses lignes cuivre à Free, SFR et Bouygues Telecom. Si l’opérateur historique justifie cette demande par un entretien coûteux et peu à peu abandonné par les Français passant à la fibre, ses rivaux refusent de payer plus cher pour un réseau en fin de vie.

Le coût de location d’une ligne par un opérateur était déjà monté à 9.65€/mois à la fin de l’année 2020 malgré les protestations émises, mais l’Arcep avait prévu une clause de révision avant l’échéance prévue en 2023. De son côté, Orange pour sa part réclamait 3€ supplémentaires et le régulateur des télécoms avait ainsi envisagé une nouvelle hausse en début d’année. Cette possible augmentation était accompagnée de deux conditions :  la présentation d’un plan de fermeture du cuivre ambitieux et un tarif uniquement applicable dans les zones où la fibre est déjà présente. L’opérateur ayant présenté ses ambitions concernant l’arrêt du cuivre, la question a donc fait l’objet d’une consultation publique.

Un plan trop imprécis pour Free, SFR et Bouygues Telecom

Pour rappel, la fermeture du réseau apportant la téléphonie et l’ADSL doit se dérouler en deux étapes avec la fin de commercialisation d’offres ADSL jusqu’en 2025 dans les zones où tous les opérateurs sont présents puis entre 2026 et 2030, la fermeture technique qui sera effectuée zone par zone. Cependant, le plan d’Orange manque de précision au goût de ses concurrents.

Ces derniers demandent en effet un encadrement du processus grâce à une gouvernance locale impliquée et une très vaste campagne d’information du public, similaire à ce que l’on a pu observer durant le passage à la TNT en HD en 2015. Des gardes-fous qui ont pour but d’éviter qu’Orange, en arrêtant le cuivre, pousse ses offre fibre via des pratiques anticoncurrentielles.

Une hausse pas forcément nécessaire

SFR, Free et Bouygues Telecom réitèrent également des arguments déjà entendus en refusant de payer pour une technologie ancienne et, à leur sens, déjà largement amorti et dont la disparition est déjà prévue. « On est en train d’augmenter le tarif d’un produit en fin de vie, sachant qu’il est déjà 25 % supérieur à la moyenne en Europe ! » explique un acteur du secteur, tandis que d’autres pointent des situations identiques à l’international où malgré la fin du réseau cuivre, le tarif de dégroupage n’a pas bougé.

L’un des opérateurs n’exclut pas en revanche de payer plus cher à Orange la location des lignes, à une condition : seulement les lignes pour lesquelles la date de fin est proche. Il est en effet reproché que la fermeture technique n’aura pas lieu avant 2025 et ne sera réellement effective dans la plupart des zones qu’en 2029 voire en 2030. Au goût des opérateurs, avec ces délais, la fermeture uniquement commerciale n’aura pas d’impact et ne poussera pas vraiment les abonnés à passer à la fibre optique.

Source : Les Echos