Malgré le pragmatisme d’un maire, Free a bien du mal à installer son antenne

Malgré le pragmatisme d’un maire, Free a bien du mal à installer son antenne

Un maire fait de son mieux pour apporter de la couverture réseau mobile dans un village, mais l’élu doit composer avec les craintes et revendications des habitants.

“Ça me semble important d’avoir des infrastructures”, déclare le maire d’Épineu-le-Chevreuil, village de quelques centaines d’habitants dans le département de la Sarthe, en région Pays de la Loire, où avoir quelques barres de réseau est compliqué. Pas question cependant de passer en force. Sébastien Huet souhaite que tout se passe “dans de bonnes conditions”. Une réunion publique visant à expliquer le projet d’implantation d’un pylône de Free Mobile a ainsi été organisée en décembre 2021. L’édile et les représentants de l’opérateur ont alors fait face à une vive opposition d’un groupe de riverains, avec lequel le dialogue n’a pas été de tout repos en raison d’une grande méfiance.

Une nécessité de couverture

“Un arrêté ministériel est tombé afin de résorber les zones blanches. Épineu-le-Chevreuil y figurait. Ce n’est pas forcément un projet communal, mais l’État qui intervient”, explique, le maire du village. L’édile revient sur la réflexion engagée depuis début 2021 autour de l’emplacement du pylône. “Il fallait privilégier les terrains communaux dans un premier temps. Nous avions imaginé la mettre à côté du parking du cimetière”, explique-t-il. La solution a finalement été écartée pour des raisons esthétiques. Un autre emplacement, un terrain proche du cimetière, a été proposé. Celui-ci répondait aux critères en termes de distance et de hauteur. “Pour nous, l’impact visuel était moins important, mais la réaction des gens a été toute différente”, déplore le maire. C’est en effet à ce moment que le ton a commencé à monter et les tracts à circuler, malgré un dossier consultable en mairie depuis novembre et “très peu de remarques” jusque-là.

Des craintes

Les opposants au projet ont souligné la proximité des habitations et des risques sur les animaux, n’en démordant pas malgré le rappel des représentants de Free concernant l’absence d’étude scientifique démontrant les effets néfastes des ondes. Une agricultrice a relaté son expérience depuis l’installation d’une antenne-relais à côté de chez elle. “Au fil des années, nous avons eu des soucis avec notre cheptel”, déplore-t-elle. Et de citer comme exemple : “De 15 veaux par an, on est passé à un. Les ovaires de nos animaux avaient rapetissé, du jamais-vu”. L’agricultrice souligne par ailleurs l’impact sur son fils : “Mon fils électrosensible souffrait. Nous l’avons mis en pension à 15 minutes de la maison et son état s’est amélioré”.

Pas de 5G, mais une autre solution à trouver

Tout en assurant qu’il ne s’agirait pas de 5G, mais uniquement de 3G et 4G, l’opérateur a décidé d’abandonner son projet en état. “Free a décidé d’annuler le projet”, indique en effet le maire. Un autre emplacement est à l’étude, notamment concernant un autre terrain proposé par le collectif. “Il semblerait qu’il soit assez éloigné de la commune”, souligne toutefois le maire. Des études doivent par conséquent être réalisées pour la faisabilité.

Source : Les Nouvelles L’Echo Fléchois (version papier)