60 millions de consommateurs dresse la liste des smartphones épinglés pour émissions d’ondes excessives depuis 2018

60 millions de consommateurs dresse la liste des smartphones épinglés pour émissions d’ondes excessives depuis 2018

Selon le décompte du magazine 60 millions de consommateurs, l’ANFR en charge du contrôle de l’exposition du public aux ondes électromagnétiques a épinglé dix-sept modèles depuis début 2018, tous jugés non-conformes aux exigences européennes concernant le débit d’absorption spécifique (DAS). En somme, ces derniers ont été pris en flagrant délit d’émissions d’ondes trop élevées.

Xiaomi, Honor, Nokia ou encore Wiko, tels sont les fabricants de mobiles les plus connus rappelés à l’ordre par l’Agence nationale des fréquences en un an et demi. Si 60 millions de consommateurs regrette que ces mises en demeure "bien que publiques, parviennent rarement aux oreilles des utilisateurs, faute d’être suffisamment relayées par les médias grand public", le magazine a décidé de lister l’ensemble des modèles pris dans les mailles du filet de l’ANFR depuis 2018. Premier enseignement, Samsung et Apple n’ont pas été épinglés à contrario de certains concurrents chinois.

Autre constat, deux smartphones ont été retirés et rappelés provisoirement du marché, le Leagoo S8 et le Allview X4 Soul Mini S. Les deux fabricants avaient alors fait la sourde oreille à la suite d’un rappel à l’ordre de l’ANFR. De son côté, Orange a lui même rappelé en 2018 un de ses modèles, le Hapi 30.

  • Alcatel : Pixi 4 (6”), rappelé à l’ordre en mai 2018.

  • Allview : X4 Soul Mini S (juillet 2019)

  • Archos : Access 50 (décembre 2018)

  • Echo : Star Plus (mai 2018)

  • Hisense : F23 (juillet 2018)

  • Huawei : Honor 8 (mai 2018)

  • Leagoo : S8 (juillet 2019)

  • Logicom : M Bot 60 (janvier 2019)

  • Neffos : X1 TP902 (mai 2018)

  • Nokia : Nokia 3 (avril 2019)

  • Nokia : Nokia 5 (avril 2019)

  • Nokia : Nokia 6.1 (juillet 2019)

  • Orange : Hapi 30 (avril 2018)

  • Wiko : Tommy 2 Bouygues Telecom (juillet 2018)

  • Wiko : View (octobre 2018)

  • Xiaomi : Mi Mix 2S (février 2019)

  • Xiaomi : Redmi Note 5 (février 2019)

 

Une multiplication des mises en demeure

Dans ses lignes, 60 Millions de consommateurs observe par ailleurs "une multiplication des rappels à l’ordre" de l’Agence. L’explication, les exigences européennes se sont durcies le 25 avril 2016 concernant le DAS localisé « tronc » . Ainsi, tous les terminaux dont le dossier de mise sur le marché est postérieur à cette date sont désormais évalués à une distance maximale de 5 mm, au lieu de 25 mm au maximum auparavant pour une limite réglementaire de 2 W/kg.

"C’est sur cette mesure au niveau du tronc que la quasi-totalité des modèles de la liste ci-dessous ont été épinglés par l’ANFR. Certains smartphones outrepassaient très largement la limite. Le Nokia 6.1 a été mesuré par l’ANFR à 3,58 W/kg, tandis que le Allview X4 Soul Mini S, désormais interdit, atteignait 4,6 W/kg, soit plus du double de la valeur autorisée", note le magazine. Pour rappel, si votre smartphone est concerné, une mise à jour du système d’exploitation vous a été proposée afin que votre appareil respecte les normes en vigueur en matière d’émission d’ondes.