Univers Freebox a testé le Samsung Galaxy A80 disponible chez Free Mobile, un smartphone grand format avec bloc photo rotatif

Univers Freebox a testé le Samsung Galaxy A80 disponible chez Free Mobile, un smartphone grand format avec bloc photo rotatif

 

Univers Freebox a pu tester durant deux semaines le Samsung Galaxy A80, un smartphone grand format avec une solide configuration de milieu de gamme que l’on trouve à 659 euros chez Free Mobile. Voici nos impressions.

Avant de passer à ce test réalisé à partir d’un exemplaire 8/128 Go (mémoire vive et mémoire de stockage) prêté par la marque, voici un rappel des principales caractéristiques techniques du Galaxy A80 :

-    Processeur : octa-core jusqu’à 2,2 GHz avec le chipset Snapdragon 730

-    Mémoire vive : 8 Go

-    Écran : dalle AMOLED 6,7 pouces dans une définition Full HD+ (2 400 x 1 080 pixels)

-    Audio : son produit par le haut-parleur dans la tranche inférieure

-    Stockage : 128 Go (non extensible par MicroSD)

-    Compatibilité 4G : support des bandes B1/B3/B5/B7/B8/B20/B28

-    Bloc photo rotatif : 48 Mégapixels (principal) + 8 Mégapixels (ultra grand-angle) + TOF (Time of Flight)

-    Sortie audio 3,5 millimètres : non

-    Connectique de charge : USB Type-C, dans la tranche inférieure

-    Connectivité Bluetooth : version 5.0

-    NFC : oui

-    Batterie : 3 700 mAh (non amovible) avec une charge filaire 25 Watts

-    Système d’exploitation : Android 9.0 Pie avec l’interface One UI

-    Protection : lecteur d’empreintes digitales sous l’écran

Un smartphone grand format

Avec son écran 6,7 pouces, le Galaxy A80 est assez imposant. Fort heureusement, l’absence de bordures a permis de contenir son gabarit et d’assurer une bonne préhension.

C’est également un beau smartphone. Gare toutefois aux traces de doigt, avec son dos qui les accroche particulièrement bien.

Un écran taillé pour le jeu, mais une partie son décevante

Le grand écran sans intrus du type bordure ou encoche est un vrai régal, tant pour le jeu que pour les vidéos. Sa luminosité assure une bonne visibilité en extérieur par temps ensoleillé. Notez d’ailleurs que l’on peut régler la chaleur d’affichage depuis les paramètres.

La partie sonore se révèle en revanche décevante. Pas de stéréo, le son n’étant produit que par un haut-parleur dans la tranche inférieure. Qui plus est, le rendu n’est pas puissant et manque de relief.

Toujours à propos d’audio, pas de mini-jack. Samsung fournit cependant des écouteurs USB-C de bonne facture avec son Galaxy A80. Les basses sont assez présentes et on distingue bien les différents instruments.

De photos globalement correctes

Parlons maintenant de la partie photo. Les clichés produits par le bloc photo rotatif ne sont pas extraordinaires, mais se révèlent propres dans l’ensemble.

Ci-dessous, un exemple de jour en mode normal, puis avec le grand-angle :

 

D’autres photos de jour, en extérieur :

 

Des photos en intérieur avec le mode nuit, dans une salle d’exposition avec les véhicules de Batman :

 

Une photo de San Francisco prise le soir, à travers une vitre et avec le mode nuit :

Un selfie en extérieur et un autre en intérieur :

 

Une 4G rapide et un support de la B28

Avec le Galaxy A80, nous n’avons eu aucun mal à franchir la barre des 100 Mbit/s en réception en extérieur. Nous avons même dépassé les 200 Mbit/s.

  

En intérieur, les débits étaient évidemment moindres. Ci-dessous, un test depuis une résidence, un autre depuis la rédaction d’Univers Freebox et un autre depuis une chambre d’hôtel (en roaming aux USA, d’ailleurs) :

  

Notez qu’il supporte la 4G 700 MHz (B28), chère à l’opérateur de Xavier Niel.

Sécurité des données : un lecteur d’empreintes frustrant à la longue

Le lecteur d’empreintes digitales du Galaxy A80 n’offre pas forcément l’expérience la plus intéressante. Le déverrouillage peut prendre quelques secondes, mais aussi échouer (plus qu’une fois de temps en temps). Gageons que des mises à jour viennent rectifier la chose.

Pas de reconnaissance faciale. Heureusement, cela dit, vu le temps de basculement des capteurs photo vers l’avant (déploiement de la partie coulissante et rotation du bloc photo). Cela n’est d’ailleurs pas très rassurant en cas de chute… Tout comme cette poussière qui s’installe dans les interstices.

Toujours à propos de la sécurité, nous avions les patchs du mois de juillet 2019 lors de nos tests. 

Des performances qui permettent de jouer, et sans surchauffe

Rien à redire du côté des performances. L’interface est très fluide. Les gros jeux comme PUBG Mobile ou Asphalt 9 tournent tranquillement, et sans grosse chauffe. Dans le pire des cas, le smartphone était tiède. Un bon point si vous êtes de ceux qui s’offrent de longues sessions de jeu.

Nous avons passé le Galaxy A80 dans Disk Speed, qui indique 197 Mo/s en écriture et 553 Mo/s en lecture pour la mémoire interne. De son côté, AnTutu positionne le smartphone entre les Huawei P20 et Huawei P20 Pro, des modèles haut de gamme de 2018.

 

Un smartphone qui tient facilement la journée et qui se recharge assez vite

En mode vacances en Californie avec du Twitter le matin, un peu de GPS et pas mal de photos en journée et enfin deux bonnes heures de jeu le soir, nous arrivions généralement à 20-30 % en fin de soirée. Une journée en amont des vacances, sans l’aspect tourisme et photos à tout-va, nous avait permis de commencer un matin à 8h18 avec 100 % et d’arriver le lendemain à 8h14 avec 40 %. Vous pourrez donc tenir la journée.

Avec le bloc 25 Watts fourni, la charge ne prend pas énormément de temps. On peut même envisager une charge express avant de prendre la route vers le boulot ou la maison. Ci-dessous, un exemple de suivi de charge :

-  20h15 : 6 %

-  20h22 : 18 %

-  20h33 : 36 %

-  20h46 : 58 %

-  21h03 : 77 %

-  21h12 : 85 %

-  21h30 : 95 %

-  21h52 : 100 %

Une interface One UI très complète

Comme nous vous le disions précédemment lors de nos tests des Galaxy S10e, Galaxy S10 et Galaxy S10+, l’interface One UI proposée par Samsung est plutôt jolie, en plus d’être claire et complète.

 

 

Il y a plusieurs options intéressantes, comme le mode nuit, les gestes pratiques (balayer l’écran avec le côté de la main pour faire une capture, retourner l’appareil pour couper le son d’un appel entrant, etc.) ou le mode d’emploi intégré.

Quant au mode enfants, accessible depuis les raccourcis rapides, il permet de prêter son smartphone avec un espace sécurisé, des fonctions limitées et des contenus adaptés.

 

Concernant les quelques applications pré-installées dans le cadre de partenariats, certaines peuvent être supprimées et d’autres non. On peut ainsi désinstaller Spotify et Office Mobile, mais pas Netflix ou Facebook.

 

 

VERDICT : le Galaxy A80 a de nombreux atouts comme son grand écran sans bordure ni encoche parfait pour le jeu et les vidéos, son bloc photo rotatif qui sert à l’avant comme à l’arrière, ses bonnes performances sans surchauffe, sa charge rapide et son interface très complète. On aime aussi les écouteurs de bonne facture fournis. Maintenant, la copie n’est pas parfaite non plus. Le lecteur d’empreintes est agaçant à la longue avec sa lenteur et ses ratés, tandis que le mécanisme un peu long du bloc photo fait craindre une chute qui pourrait être fatale.