Interview Michaël Boukobza

Interview Michaël Boukobza

Le directeur général de Iliad, michaël boukobza a été intervieé par la le site Elenbi. Dans ce long interview, le directeur général de Free revient sur certains points concernant la stratégie de Free dans le domaine de l’audiovisuel.

Voici des passage sélectionnés de l’interview :

Elenbi : Où en est aujourd’hui Free dans son développement ?

M. Boukobza : Avec une croissance du parc à 1 316 000 abonnés ADSL au 30 juin (17,8% de pdm), Free a fait un très bon premier semestre 2005, ce dans un contexte de réduction du nombre d’acteurs et une multiplication des effets d’annonce.

Néanmoins en terme d’attractivité et d’innovations sur l’offre, Free a continué à mener la danse : lancement d’un bouquet de radios via la Freebox, progrès considérables de l’offre de télévision (mosaïque, epg) ; notre offre audiovisuelle est ainsi, aujourd’hui, souvent plus riche que celle des cablô-opérateurs.

Je retiendrai enfin particulièrement un élément : le Freeplayer. C’est la première fois qu’un opérateur en Europe fournit un media center dans sa « set top box » sans surcoût pour l’utilisateur et cela témoigne une nouvelle fois de la capacité d’innovation du service R&D de Free. Ce service lancé en juin a conquis en quelques semaines 100 000 utilisateurs. Simplifié et amélioré, il est en train de s’imposer comme un benchmark auprès nos compétiteurs. Ceux-ci indiquent d’ailleurs aujourd’hui que le media center fait partie intégrante de leur stratégie. Des annonces qui comme pour l’ADSL2+ ne sont pas toujours suivies d’effet.

[…]

Internet à très haut débit, téléphonie gratuite, télévision, media center, nous continuons à apporter des innovations avec une philosophie constante de prix bas et de multiplication des services utiles au consommateur.

Sur 1,3 million d’abonnés, 1,18 million le sont via le décodeur Freebox qui est donc la première plate forme de multiplay en Europe. 1,135 million utilisent régulièrement le service de téléphonie et 130 000 abonnés avaient le 30 juin souscrit à au moins une chaîne payante via la Freebox.

Elenbi : Vos chiffres publiés le 30 juin 2005 ont mis en évidence une forte hausse de votre revenu par abonné, notamment grâce à la souscription aux services audiovisuels. Free est-il aujourd’hui un acteur de l’Internet ou de l’audiovisuel ?

M. Boukobza : Nous avons toujours expliqué que l’audiovisuel était au cœur de notre stratégie. Lors du lancement de la TV par ADSL, beaucoup ont pensé qu’il s’agissait d’un gadget. Aujourd’hui, plus personne ne conteste que l’ADSL est un vrai mode de diffusion de la télévision élargie ; ce à l’heure où deux tiers de la population ne reçoit que des chaînes hertziennes.

Notre offre est simple : un basique avec 100 chaînes accessibles dont celles de la TNT, des options payantes chaîne par chaîne et la possibilité de souscrire au meilleur du premium avec Canal+ et Canalsat. L’ensemble des souscriptions se fait directement par la télécommande avec ouverture immédiate des droits. Au delà des chiffres publiés, notre satisfaction est de démontrer que la stratégie du triple play est validée par l’usage qu’en font les consommateurs.

Elenbi : Quelles ont été les conditions d’entrée de Canalsat sur votre support de diffusion ?

M. Boukobza : Nous n’avons que deux conditions pour l’accès des bouquets à Freebox : la faisabilité technique et la présence sur notre basique des chaînes hertziennes du bouquet. Aujourd’hui nos abonnés accèdent sur le canal 4 de la Freebox aux émissions en clair de Canal+. Canalsat est proposé sur notre vecteur de diffusion. Ces conditions appliquées pour la reprise de Canalsat peuvent s’appliquer à tous les bouquets qui souhaitent être présents sur notre offre.

Elenbi : Où en sont vos projets en matière de VoD ?

M. boukobza : Notre offre est techniquement prête mais notre catalogue n’est aujourd’hui pas suffisamment attractif pour envisager un usage réel et donc un lancement du service. Nous observons d’ailleurs que notre seul compétiteur à s’être lancé sur ce sujet est confronté à ce même écueil. Nous espérons donc que l’industrie du contenu va ouvrir ses catalogues et nouveautés pour qu’une offre légale pertinente soit proposée au public. Nous leur offrons un niveau de qualité irréprochable et de sécurité total ; ainsi qu’une mise en avant des contenus qui peut être particulièrement intéressante pour eux.

Elenbi : Ne pensez vous pas être dépassé sur ce sujet par les diffuseurs tels Canal+ et TF1 qui lancent ou vont lancer leur offre ?

M. Boukobza : Nous sommes pour notre part dans une logique de produit au travers la télévision et n’avons pas de légitimité pour lancer une offre de VoD sur Internet. Il me semble que les diffuseurs cités ont beaucoup plus de légitimité que nous sur ce media. Une alliance est néanmoins toujours possible et nous sommes ouverts à tout partenariat si TF1 ou Canal+ le souhaitent.

Propos recueillis par Eric Tanguy le 23/09/05 pour Elenbi Strategic review