La France aurait voulu s’offrir le logiciel espion Pegasus

La France aurait voulu s’offrir le logiciel espion Pegasus

Alors que Pegasus a fait scandale en juillet dernier, le gouvernement français aurait été intéressé par l’idée de mettre à main sur le logiciel espion.

Souvenez-vous, en juillet 2021, de l’affaire de Pegasus. Une enquête révélait alors que de nombreux individus dont par exemple Emmanuel Macron et 14 membre du gouvernement ou encore des journalistes ou diplomates étaient espionnés par un logiciel créé par une entreprise israélienne et utilisé par plusieurs acteurs, y compris certains gouvernements comme celui du Maroc.

La critique envers les utilisateurs de ce moyen d’espionnage fut vive à ce moment, mais d’après des révélations publiées par le MIT Technology Review, la France était plutôt intéressée par les capacités de Pegasus.

Les Français étaient sur le point d’acheter l’outil, dans le cadre d’un contrat qui aurait valu des millions” affirme la revue scientifique. Si le contrat était semble-t-il presque signé, puisque les négociations étaient dans leur phase finale, le scandale ayant éclaté a complètement gelé la procédure.

La condamnation de la part des Etats-Unis n’y est sans doute pas pour rien, le gouvernement ayant accusé l’entreprise NSO à l’origine de Pegasus de construire et de vendre des logiciels espions qui étaient utilisés dans des buts peu louables. L’entreprise se retrouve alors complètement en détresse, avec près de 500 millions de dettes et le risque de ne pas être solvable.