Free Mobile prévoit de renforcer sa 4G, des riverains crient au “déni de démocratie”

Free Mobile prévoit de renforcer sa 4G, des riverains crient au “déni de démocratie”

Nouvelle polémique autour de l’implantation d’un pylône Free Mobile. Direction le lieu-dit Salverose non loin de la commune de Saïx dans le Tarn où un collectif se démène pour faire battre l’opérateur de Xavier Niel en retraite.

Les arguments sont de l’ordre du déjà-vu : pollution visuelle, risques sanitaires, surexposition aux ondes, dévalorisation des biens ou encore plus étonnant cette fois, les nuisances causées par le vent contre le mât. Vent debout face à l’implantation d’une antenne Free Mobile en surplomb de la commune de Saïx, un collectif de riverain ne compte pas s’incliner une seconde fois après l’arrivée d’un précédent pylône de l’opérateur il y a quelques années.

«Personne ne nous a informés et on sait très bien que la loi Elan fait tout pour faciliter la tâche aux opérateurs», lance un membre du collectif consterné dans les lignes de La Dépêche avant de s’interroger : «Mais n’est-on pas face à un déni de démocratie ? Pourquoi ne pas nous demander notre avis alors que la future antenne Free va surplomber le cœur du village ?»

De son côté, la mairie soutient ses administrés bien qu’elle ne peut interdire l’installation de ce pylône de 35 mètres de haut puisque celui-ci sera érigé sur un terrain privé à la suite d’une simple déclaration préalable de travaux, laquelle remplace le permis de construire depuis décembre 2018. Pour autant, «nous voterons ce mardi une motion pour demander à ce que l’opérateur utilise le pylône déjà existant et n’en rajoute pas un second", a déclaré la maire de la commune. Et d’indiquer avoir "signé le document nécessaire afin que l’ANFR viennent effectuer de nouveaux contrôles», à la demande des opposants.

Le collectif a également pris contact avec un avocat afin de tenter une procédure. Objectif, amener Free à faire machine arrière en augmentant au maximum les délais d’implantation du pylône.