L’e-mail : ce pollueur insoupçonné

L’e-mail : ce pollueur insoupçonné

Dans une vidéo postée sur sa chaîne YouTube, Orange s’appuie sur un rapport de l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) pour inviter les utilisateurs, notamment en entreprise, à changer leurs habitudes concernent l’e-mail, ce pollueur souvent insoupçonné.

La vidéo rappelle en effet que malgré leur aspect dématérialisé, les e-mails envoyés au rythme de 10 milliards chaque heure et parcourant 15 000 kilomètres en moyenne reposent sur des infrastructures physiques, à savoir les serveurs. Ces derniers représenteraient d’ailleurs « 25 % des émissions de gaz à effet de serre causées par le Numérique ».

Aussi, tout e-mail inutile supprimé du Cloud, tout e-mail allégé de sa pièce-jointe volumineuse ou tout e-mail qui n’est pas envoyé inutilement à moult destinataires, c’est autant d’énergie non consommée par les serveurs. À titre d’exemple, un e-mail avec une pièce jointe consommerait autant d’énergie qu’une ampoule allumée durant 24 heures.