5G : l’Arcep prévoit une solution pour assurer la cohabitation avec les technologies utilisant les mêmes fréquences

5G : l’Arcep prévoit une solution pour assurer la cohabitation avec les technologies utilisant les mêmes fréquences

 

Avec le lancement de la 5G qui sera une réalité en France en 2020 et les possibles interférences entre les technologies de communications utilisant les mêmes fréquences, l’Arcep a réfléchi aux solutions à mettre en place. Le gendarme des télécoms soumet à consultation publique celle qui lui semble la plus pertinente.

En France, la 5G utilisera la bande de fréquences 3,4 – 3,8 GHz sur laquelle sont déjà présents les réseaux THD radio et des réseaux de boucle locale radio fournissant des services d’accès à Internet fixe. L’Arcep a ainsi réfléchi à une solution technique pour assurer la cohabitation. Le gendarme des télécoms prend des mesures pour éviter les possibles brouillages.

L’Arcep vient d’ailleurs de mettre en consultation publique une solution technique, qui s’appuie sur une consultation publique entre les 26 octobre et 19 décembre 2018 et sur les travaux d’un comité d’experts sur les réseaux mobiles sollicité en parallèle. Présentée comme « la plus pertinente », elle consiste en une « trame de synchronisation ». Celle-ci fait partie des trois solutions étudiées, avec la « séparation géographique » et « l’usage de bandes de garde et de filtres spécifiques par opérateur ». Les experts ont suggéré la trame de synchronisation, au motif qu’une « absence de synchronisation pourrait induire de très importantes distances de séparation et/ou des brouillages préjudiciables aux différents réseaux appelés à coexister dans la bande ».

Comme indiqué par le régulateur, qui invite tout contributeur à s’exprimer avant le 11 juin : « il s’agit qu’à tout instant, les équipements des réseaux fonctionnent simultanément soit en liaison montante, soit en liaison descendante ». Et d’ajouter que « ceci suppose l’utilisation d’un temps commun de référence avec une tolérance de plus ou moins 1,5 µs ». L’application de cette trame de référence doit être effective dès le 1er juillet 2020.