Canal+ coupe les ponts avec la Ligue 1 et beIN Sports

Canal+ coupe les ponts avec la Ligue 1 et beIN Sports

C’est officiel, Canal+ renonce aux deux matches de Ligue 1 sous-licenciés par beIN Sports. De quoi motiver ce dernier à sortir de son accord avec la LFP. 

La situation est toujours très tendue entre Canal+ et le foot français. La chaîne cryptée a écrit à la Ligue de Football Professionnel pour lui indiquer son intention de se désengager de son contrat avec beIN Sports qui lui sous-licencie les matches du samedi à 21h et du dimanche à 17h pour un montant de 332 millions d’euros jusqu’en 2024.

Canal+ se désabonne de la Ligue 1

Canal+ reproche à beIN Sports de ne pas avoir contesté le contrat signé alors que Mediapro avait fait flamber les droits du Championnat de France, dont le tarif est jugé prohibitf. Ainsi elle a affirmé dans la lettre suspendre ses obligations contractuelles envers la chaîne .

De quoi confirmer que Canal+ n’entend pas diffuser la première journée de Ligue 1 prévue les 7 et 8 août. Elle n’a également pas l’intention de payer à beIN Sports la première échéance du contrat, d’environ 55 millions d’euros, pour qu’il règle la LFP le 5 août.

La quatrième chaîne a confirmé à l’Equipe l’envoi de ce courrier, expliquant être désormais libérée de son contrat de 332 millions d’euros par ans pour deux affiches de Ligue 1.

Le coeur du conflit réside bel et bien dans le choix de la LFP de confier 80% des matches du championnat à Amazon pour “seulement” 250 millions d’euros par an. Canal+ confirme ainsi sa décision de ne pas retransmettre la Ligue  1.

BeIN pourrait être tenté de se désengager lui aussi

Si le diffuseur qatari n’a pas souhaité commenter les informations de nos confrères, dans l’entourage du diffuseur, le bruit court que si Canal+ se désengage formellement, il est probable que beIN en fasse de même avec la LFP.

Si la chaîne passe à l’action, la Ligue n’aura plus personne pour diffuser ses deux affiches de Ligue 1 et perdra tous les montants des droits qui vont avec. Il reste à voir les mesures que prendra l’institution, qui ne devrait pas rester immobile.  Dans ce dossier, la justice a toujours validé ses prises de positions.