Clin d’oeil : Free mis à mal par les gilets jaunes, la théorie tirée par les cheveux d’un éditorialiste

Clin d’oeil : Free mis à mal par les gilets jaunes, la théorie tirée par les cheveux d’un éditorialiste

C’est dans les colonnes de Bloomberg Opinion qu’un article pour le moins surprenant reliant Free et … le mouvement des gilets jaunes a été publié, à la suite des résultats d’Iliad mardi dernier.

Bloomberg Opinion est une section dédiée aux éditorialistes du média américain Bloomberg et c’est Alex Webb qui s’est appliqué ici à analyser les résultats d’Iliad sous un angle pour le moins original.

L’article, titré "The Yellow Vests have french telecoms over a barrel" (que l’on peut traduire par "Les gilets jaunes mettent les opérateurs français au pied du mur") connecte en effet le mouvement social apparu en novembre dernier et la perte d’abonnés de Free. Comme dirait l’autre : "Il dit qu’il voit pas le rapport".

Pour Alex Webb, la solution idéale pour Free serait la consolidation du marché des télécoms en passant de 4 à 3 opérateurs. Et, selon lui, le contexte de revendications sociales actuelles ne permet pas cette consolidation (notamment dû aux pertes d’emplois et à une potentielle hausse des prix qu’elle causerait). L’article est même conclu par "Après une année difficile, Iliad a désespérément besoin de la fin du mouvement des gilets jaunes." Really sir ? 

Une interprétation plutôt capillotractée donc, sans réel fondement. Il semble que pour les habitants d’outre-manche, les gilets jaunes ont déjà le pouvoir de paralyser les grandes entreprises nationales. On n’en est encore assez loin, malgré la réputation de révolutionnaires qu’ont les Français pour les anglophones. La réalité est bien plus terre-à-terre et moins révolutionnaire que ça. 

En effet, les résultats de l’opérateur n’ont rien à voir avec le contexte. La perte des abonnés de Free ne date pas des gilets jaunes puisque cela fait trois trimestre que Free Mobile perds des abonnés et un an pour les offres Freebox. De plus, l’opérateur est très clair : il n’initiera pas une consolidationSorry mister Webb, les gilets jaunes n’ont, a priori, rien à voir la dedans.