Free est “prêt au combat en 2019” selon des analystes

Free est “prêt au combat en 2019” selon des analystes

Malmené en 2018, le titre d’Iliad continue de dévisser en Bourse en passant une nouvelle fois sous la barre des 100 euros, soit une perte de 20% de sa valeur depuis le début de l’année. Malgré un lancement en trombe en Italie et la sortie de la Freebox Delta, les investisseurs restent sceptiques. Mais d’après certains analystes, la tendance pourrait s’améliorer pour le groupe de Xavier Niel.

A l’heure où le contexte concurrentiel fait mal à Free, l’opérateur peinant indéniablement à relancer la machine sur le fixe et le mobile avant la présentation de ses chiffres pour le 4ème trimestre, les investisseurs ne cachent pas par ailleurs leur doute autour de la rentabilité d’Iliad en Italie en dépit d’un succès commercial probant, rapporte Zone Bourse. Mais c’est surtout en France que les inquiétudes sont prégnantes. En attendant de savoir si le choix d’un positionnement haut de gamme pour la Freebox Delta s’avérera ou non payant du moins en matière de valeur ajoutée et de relais de croissance, Deutsche Bank a vendredi dernier abaissé son objectif, cette fois de 170 à 140 euros tout en affirmant son choix de conserver le titre. Selon les analystes de la plus importante banque allemande, Free "est en 2019 prêt au combat" et "on peut s’attendre à une amélioration des tendances à compter du second semestre". 

Optimistes, ces derniers observent également que l’opérateur de Xavier Niel a cartonné sur la fibre en 2018, bien aidé par les migrations ADSL vers le FTTH tout en pointant une réduction notable de la durée de ses "ventes privées". Au sujet d’un schéma de consolidation dans l’hexagone, Deutsch Bank estime enfin que Free n’en sera pas "l’investigateur". Et d’ajouter qu’en cas de rapprochement ou non, "à long terme, nous nous montrons constructifs en raison de la hausse attendue des prix, même en l’absence de concentration". A l’heure où nous écrivons ses lignes, le titre d’Iliad s’élève à 98,40€.