Déploiement très haut débit : le label « zone fibrée » officialisé

Déploiement très haut débit : le label « zone fibrée » officialisé
 
Le statut "zone fibrée" a fait l’objet d’une publication au Journal Officiel. L’occasion d’acter les conditions de son obtention. Pour rappel, il doit pousser le développement du très haut débit en France.
 
Identifier les zones fibrées prêtes pour une migration massive
Durant l’été 2017, l’Arcep a annoncé un statut « zone fibrée ». Voulu par le gendarme des télécoms en France, il doit permettre d’identifier les zones avec un réseau fibre optique ouvert à la mutualisation et au moins une offre commerciale disponible. En d’autres termes, des zones prêtes pour une migration de masse du cuivre vers la fibre optique.
 
Le statut officialisé pour passer à la vitesse supérieure
Plus d’un an après, ce statut « zone fibrée » fait en effet l’objet d’une publication au Journal Officiel. Une officialisation du label et des conditions d’attribution qui va sans doute inciter les différents acteurs à mettre les bouchées doubles pour l’obtenir, et par la force des choses favoriser le développement du très débit en France.
 
Il faut effectivement inciter les acteurs, peu enclins à s’occuper des zones moins denses et donc moins rentables. Mais il faut également pousser du côté des consommateurs, parfois très satisfaits par leur connexion en ADSL et qui ne voient pas forcément l’intérêt de changer.
 
Un levier d’attractivité pour les communes
Le label est également une marque déposée auprès de l’INPI. L’obtenir, c’est avoir le droit d’afficher fièrement la mention « zone fibrée ». Pour les communes qui obtiennent le statut, c’est par conséquent un levier supplémentaire pour améliorer leur attractivité. Autre avantage pour les communes détenant le label : elles ne sont plus soumises à l’obligation de cuivrer les nouveaux bâtiments construits.
 
N’est pas conservée en revanche la possibilité d’augmenter le prix du dégroupage pour favoriser le choix de la fibre optique. L’Arcep a jugé trop petit le nombre de zones où le déploiement de la fibre optique est assez avancé pour garder ce levier. La position pourra changer par la suite, à l’appréciation du régulateur.