Plaintes clients : SFR dénonce le rapport de l’Arcep, il serait “incomplet” et “de mauvaise foi”

Plaintes clients : SFR dénonce le rapport de l’Arcep, il serait “incomplet” et “de mauvaise foi”

Après des frictions avec Orange en octobre dernier, c’est dorénavant Alain Weill qui critique la communication de l’Arcep qui vient de publier un bilan mettant son opérateur SFR en dernière place… 

"Je regrette que certaines des initiatives de l’Arcep, trop nombreuses à mon goût, soient plutôt pour dénoncer le travail ou les difficultés des opérateurs sans les encourager en parallèle" a-t-il déclaré lors d’un passage devant la Commission économique du Sénat. Commission qui concernait d’ailleurs la stratégie d’Altice sur le marché. 

Il est vrai que le rapport était plutôt à charge pour l’opérateur qui se retrouvait bon dernier sur de nombreux critères. Sur la qualité générale du service, SFR s’était vu attribué la note d’1.7/5, contre 2.2/5 pour Orange et Bouygues Telecom et 2.6/5 pour Free et l’Arcep avait précisé que ces notes, sur leur plate-forme de signalement étaient plus basses encore. 

Pour le PDG d’Altice Europe, il s’agit là d’un rapport incomplet qui omet des éléments. Pour le PDG, il convient de remettre en contexte ces chiffres. 

"L’étude ne tient pas compte des tendances de SFR qui évoluent considérablement et l’écart de notation entre les opérateurs n’est pas si important que ça. "

Si l’Arcep précise que les 34 000 plaintes reçues sur sa plate-forme "J’alerte l’Arcep" ne sont pas représentative de la population, le gendarme des télécoms a tout de même ouvert une enquête sur la qualité de service de l’opérateur SFR qui lui ne démord pas et affirme que l’information publiée par le régulateur est incomplète. 

"Je voudrais que l’information soit plus rigoureuse parce qu’aujourd’hui la réalité ne correspond pas au message qu’ils ont fait passer. C’est préjudiciable pour nous, et c’est préjudiciable pour nos recrutements."

La communication de l’Arcep sur son étude des différents opérateurs avait déjà été remise en cause par Orange à l’époque de sa mise en demeure. SFR va même plus loin en protestant que ce n’est pas le rôle de l’Arcep "de jouer aux associations de consommateurs , mais en plus elle le fait très maladroitement.". L’Arcep n’a pas souhaité répondre aux questions de l’AFP sur ce sujet. 

Source : AFP