Freebox Delta : Free n’a pas peur de saturer son réseau avec l’agrégation 4G et pense prendre une longueur d’avance

Freebox Delta : Free n’a pas peur de saturer son réseau avec l’agrégation 4G et pense prendre une longueur d’avance

 

Retour sur la technologie hybride intégrée dans la Freebox Delta. Une promesse de débits boostés pour tous sans grand risque de congestion pour l’opérateur de Xavier Niel.

A l’heure où des FAI proposent déjà l’agrégation xDSL/4G dans 12 pays européens, Free est le premier à intégrer ce type de technologie en France et de surcroît à grande échelle. Au delà de sa volonté d’offrir le meilleur débit possible sur une ligne de cuivre aux abonnés, l’opérateur de Xavier Niel se met également en conformité avec une obligation de l’Arcep et du gouvernement dans le cadre du "New Deal", à savoir proposer d’ici fin 2018, une offre de 4G fixe.

Dans un entretien accordé à Univers Freebox, Xavier Niel l’a assuré, l’agrégation xDSL et 4G de la Freebox Delta permet d’exploser les débits, mais l’intérêt est de pouvoir donner immédiatement 100 Mb/s au plus grand nombre et ce jusqu’à jusqu’à 200 Mbit/s. En ce qui concerne les débits montants, l’opérateur promet 60 Mbit/s. Se pose alors la question d’une possible saturation du réseau à l’heure ou ses homologues européens ne dépassent pas les 100 Mbits/s. Face à ce risque, le fondateur de Free n’est pas inquiet : « On n’a pas peur de saturer le réseau parce que c’est créé de manière intelligente. On utilise d’abord l’ADSL, puis après la 4G. Vous pouvez vous retrouver avec 1 Mbit/s en ADSL et 199 Mbit/s en 4G pour aboutir à 200 Mbit/s au total. Il y a moins de risques de saturation que dans une solution toute 4G », a t-il confié à 01Net en marge du lancement de la Freebox Delta.

S’agissant de la technologie utilisée, Free reste muet :« Nous n’avons pas pour habitude de dévoiler le nom de nos fournisseurs mais je peux vous dire que c’est une solution coréenne qui a déjà été utilisée par des opérateurs américains comme AT&T », a indiqué Sébastien Boutruche, un des responsables R&D qui a été à l’origine de la première Freebox. Et d’ajouter : « Nous pensons que nous prenons une longueur d’avance en optant pour cette technologie hybride. C’est la première fois qu’un opérateur la lance à une aussi grande échelle ». 

A ce propos, à l’instar des box 4G fixes de la concurrence, l’agrégation xDSL+4G intégrée dans la Freebox Delta ne sera pas accessible aux foyers en zones non dégroupées mais à contrario, Free n’applique pas de limitation sur le territoire. Néanmoins, la consommation de data pourrait être limitée à l’avenir bien qu’elle ne soit pas pour l’instant implémentée. Dans les conditions générales de vente, on peut lire qu’en « en cas de saturation de la cellule (antennes) dont l’abonné dépend, le débit sera réduit jusqu’à la fin de la période de facturation au-delà d’un volume de données de 250Go/mois ». Mais d’après le directeur général adjoint d’Iliad, Alexis Bidinot, Free veut dans un premier temps observer les usages des abonnés en condition réelle avant de se décider d’appliquer un fair use. 

 

Source : 01NET