Orange assure “avoir largement de quoi répondre à Free”

Orange assure “avoir largement de quoi répondre à Free”

Tel est le message envoyé par le PDG d’Orange sept jours avant la keynote de l’opérateur historique. 

Si Free a dégainé mardi dernier ses nouvelles Freebox dans l’optique de regagner des clients sur le fixe en jouant la carte du positionnement haut de gamme, la concurrence n’a pas manqué de mettre en exergue son scepticisme face à certains choix entrepris par l’opérateur de Xavier Niel, comme celui de proposer une armada de services et d’appliquer des prix élevés dans un contexte hyper concurrentiel. Et ce, à l’heure où les Français semblent accorder une importance majeure aux prix et aux débits. Dans une interview accordée hier à Franceinfo, le patron de l’agrume, Stéphane Richard a donné son point de vue sur la Freebox Delta, "c’est une belle box" a t-il confié, bon joueur, avant de tempérer : "mais elle est très chère par rapport au marché d’aujourd’hui. C’est un signal inverse. Nous, on a fait le choix inverse d’offrir des services innovants au plus grand nombre", lesquels seront présentés mercredi prochain lors du Show Hello d’Orange.

Autre commentaire, il y a du rattrapage du côté de l’opérateur de Xavier Niel note Stéphane Richard en prenant l’exemple de Netflix : "Il sera disponible chez Free mais il est disponible chez Orange depuis 2014. Je suis assez serein par rapport à tout ça". Le rendez-vous est donc pris la semaine prochaine, et "vous verrez qu’il y a de quoi largement répondre à ce que Free a proposé" a t-il assuré.

Le PDG d’Orange a par ailleurs souligné l’importance d’offrir "les prix les plus attractifs possibles" tout en avertissant ses rivaux : "Il n’y a pas que le prix qui compte. Il y a aussi la qualité de ce qu’on propose, de la couverture. Déployer la fibre optique dans un pays comme la France coûte très cher, 20 à 25 milliards d’euros." 

Toutefois, fidèle à ses dernières déclarations, Stéphane Richard perçoit une limite à la guerre des prix, le risque "c’est la déstabilisation d’un modèle. Ce qu’on attend de nous, d’abord, c’est de déployer des infrastructures vitales pour l’économie du pays", à savoir, la fibre optique, la 5G, qui sont des investissements colossaux. Et d’ajouter que "si on continue avec cette guerre et des offres qui sont en dessous du prix de revient de ces services, je pense que l’on fragilise cet édifice".