Orange n’envisage pas d’accord de partage de réseau avec Free, aucune discussion sur une prolongation de l’itinérance

Orange n’envisage pas d’accord de partage de réseau avec Free, aucune discussion sur une prolongation de l’itinérance

Je t’aime, moi non plus.

Que mijotent l’opérateur historique et celui de Xavier Niel ? Après l’extinction fin 2020 du contrat d’itinérance liant Orange et Free, "d’autres épisodes seront à venir" avait assuré Stéphane Richard devant la Commission des affaires économiques le mois dernier avant de signifier être "extrêmement ouvert" sur les discussions de partage et de mutualisation de réseau avec Free. Une manière de confirmer qu’un accord est bien dans les tuyaux et va sans aucun doute voir le jour prochainement, pouvait-on penser. 

Oui mais cette éventualité de partage semble être aujourd’hui écartée du côté d’Orange à en croire les dernières déclarations de son PDG. Dans une interview publiée ce matin dans les pages du Figaro, Stéphane Richard s’est montré beaucoup moins enthousiaste : "Sur le partage de réseau, nous considérons qu’Orange n’a pas intérêt à entrer dans un accord avec Free, dans les conditions actuelles. Je vous ai expliqué à quel point la qualité de notre réseau était importante. Je crois à une concurrence par les infrastructures", a t-il confié.

Au sujet d’une éventuelle prolongation du contrat d’itinérance avec Free sur la 2G/3G, pas de doute, celui-ci devrait prendre fin une bonne fois pour toute fin 2020. "Nous avons signé un avenant au contrat avec Free. Il prévoit une extinction de l’itinérance en 2021. Il n’y a pas de discussion actuellement sur son prolongement." 

Pour rappel, BFM Business a révélé en mai dernier selon ses sources que l’agrume et le trublion envisageraient de déployer ensemble « entre 2000 et 3000 antennes par an, d’ici 2020 » et ce « dans les petites villes de quelques milliers d’habitants, sur deux tiers du territoire. » Alors que son contrat d’itinérance 2G et 3G prend fin avec Orange dans deux ans, Free envisagerait toujours selon le site d’information, une sorte de prolongement « en partageant une partie du réseau d’Orange » afin de tenir ses engagements vis à vis du gouvernement sur la 4G pour ainsi résorber les zones blanches, avait encore indiqué le site d’information. Ce ne sera visiblement pas le cas.