SFR a regagné tous ses abonnés perdus depuis 3 ans selon Patrick Drahi

SFR a regagné tous ses abonnés perdus depuis 3 ans selon Patrick Drahi

 

Lors de l’inauguration du nouveau siège télécoms-médias d’Altice France hier soir dans le XVe arrondissement de Paris, Patrick Drahi s’est montré pour le moins souriant. L’opération reconquête des abonnés chez SFR est selon lui un véritable succès. 

De but en blanc, "j’avais fixé un objectif : regagner d’ici la fin de l’année tous nos clients perdus. Eh bien, c’est fait !", s’est d’abord enthousiasmé celui qui a repris l’opérateur au carré rouge en 2014 et d’ajouter « on a reconquis jusqu’au début du mois d’octobre plus de clients que nous en avions perdus sur les trois dernières années ». Une annonce surprenante au vue des estimations annonçant jusqu’à l’embellie, une perte de 2,5 millions d’abonnés depuis 2015, majoritairement sur le mobile. Mais Altice réfute ces chiffres : "On n’a pas perdu 2,5 millions d’abonnés comme je l’ai lu dans la presse mais un peu moins d’un million", indique aux Echos un haut dirigeant du groupe resté anonyme. 

Depuis son rachat par Patrick Drahi, SFR a connu une longue traversée du désert. Les raisons de ces départs massifs, la hausse des forfaits ou encore les options imposées discrètement aux abonnés, mais également la mauvaise qualité de service rendue aux clients. SFR a finalement stoppé pour la première fois l’hémorragie au 4ème trimestre 2016 sur le mobile, avant de réussir à enrayer une perte constante d’abonnés sur le fixe lors du 1er trimestre 2018.

Du côté de l’opérateur, on estime que ce regain de forme visible depuis la chute d’Altice en Bourse il y a un an, résulte d’une amélioration notable de la qualité du réseau et surtout du football et notamment la Ligue des Champions. Depuis la journée de reprise de cette compétition, 300 000 nouveaux abonnés ont été engrangés, précise le dirigeant du groupe.

La sombre page des abonnés quittant le navire, semble donc tournée. Alain Weill, PDG d’Altice France, a même annoncé la couleur fin septembre en prévision de la publication des chiffres du troisième trimestre  : " On dira au mois de novembre que nos recrutements d’abonnés fixes ont atteint des niveaux que SFR n’avait pas connus depuis très très longtemps ; je pense des niveaux qui n’avaient jamais été connus". Reste à soigner la rentabilité après avoir intensifié la guerre des prix.

 

Source : Les Echos