Exposition aux ondes : le point sur la situation avec le directeur général de l’ANFR

Exposition aux ondes : le point sur la situation avec le directeur général de l’ANFR

Nous baignons chaque jour dans un environnement où les sources d’ondes électromagnétiques sont omniprésentes. Dans le monde 2.0 des secteurs économiques entiers reposent sur l’accès aux fréquences électromagnétiques : communications mobiles, Télévision Numérique Terrestre, liaisons satellites, transports, industrie militaire ou encore internet des objets.

Gilles Brégant, directeur général de l’Agence Nationale des Fréquences a profité de la chronique de Fabienne Chauvière sur France Inter, Les Savanturiers, pour faire un point sur la situation et répondre à cette question "Sommes-nous soumis à plus d’ondes qu’auparavant ?".

S’il est vrai qu’il y a de plus en plus d’objets connectés autour de nous, Gilles Bréguant nuance : il y a effectivement de plus en plus de types d’ondes qui nous entourent, mais elles sont de moins en moins puissantes.

Explication : "lorsque dans l’entre deux guerre la radio s’est développée, on avait des émetteurs extrêmement puissants car les récepteurs étaient peu sensibles, aujourd’hui on fait de la téléphonie mobile, de l’internet des objets, avec des objets qui sont proches donc on arrive a communiquer avec ces objets avec de faibles puissances."

Le passage de la télévision analogique à la TNT a également eu une conséquence sur la puissance des ondes émises "on a baissé la puissance des relais". Conclusion, nous sommes exposés à "plus de types d’ondes, mais moins de puissance qu’auparavant".

Pour rappel, l’Agence Nationale des Fréquences peut, sur demande, faire venir a votre domicile un expert pour réaliser des mesures d’exposition. Vous pouvez également télécharger ElectroSmart (application développée par l’Inria) sur Google Play et tester vous-même votre exposition aux ondes électromagnétiques.

Réécoutez l’intervention de Gilles Bréguant dans Les Savanturiers :