En vue d’une consolidation, SFR bouscule Free et Bouygues à coups de super-promotions mais doit faire face à un retour de bâton

En vue d’une consolidation, SFR bouscule Free et Bouygues à coups de super-promotions mais doit faire face à un retour de bâton

C’est incontestable, SFR se redresse commercialement et gagne des abonnés depuis le début de l’année grâce à une stratégie féroce sur les promotions, en atteste ses résultats du deuxième trimestre publiés ce matin. De quoi bousculer en particulier Bouygues et Free, mais tout n’est pas rose pour autant, le chiffre d’affaires et les marges de l’opérateur au carré rouge sont en baisse et le seront encore toute l’année, a fait savoir le patron d’Altice Europe, Alain Weill. Conséquence, le titre du groupe dégringole en Bourse.

Il faut passer par là, c’est en substance le message envoyé ce matin par Alain Weill devant des journalistes en marge de la présentation des résultats d’Altice. « Pour accroître nos revenus, il nous faut d’abord regagner des abonnés », a t-il justifié, rapporte Le Monde. Et d’estimer : « nos concurrents vont se montrer moins agressifs. Nos revenus remonteront l’an prochain », un retour à la croissance étant espéré en 2019. 

Cette guerre des prix, SFR en a fait son cheval de Troie en canardant des promotions à vie avec 30 Go à 5€, par exemple. Suffisant pour donner des sueurs froides à la concurrence et engranger un grand nombre d’abonnés sur le mobile et stopper l’hémorragie sur le fixe. Bouygues Telecom a tenté de réagir avec des forfaits similaires alors que Free a modifié son approche commerciale avec notamment une offre 50Go à 0,99€/mois sur Vente-Privée, mais seulement pendant un an, sans oublier une déclinaison sur son site toujours valable cette fois à 8,99€/mois. De son côté, Orange n’est pas vraiment rentré dans le jeu. Sur le fixe, Free qui a perdu des abonnés pour la première fois de son histoire dans un contexte concurrentiel fort, a du également changer sa politique tarifaire en s’alignant sur la concurrence. 

Conséquence, cette folle bataille des prix a un coût. Le chiffre d’affaires de SFR a ainsi baissé au T2 de 6,6% en glissement annuel à 2,516 milliards d’euros. L’EBITDA ajusté recule lui aussi ainsi que les marges. D’après Le Monde, si SFR pousse sur les promotions, c’est non seulement pour rassurer le marché après sa débâcle fin 2017 mais aussi pour accélérer sur la consolidation du marché et ainsi passer à trois acteurs. Le quotidien va plus loin en révélant « de bonne source », que ce sont bien « les super-promotions qui ont poussé Bouygues Telecom à tenter un rapprochement avec SFR au printemps. L’opérateur a même abordé le sujet avec des responsables au plus haut niveau de l’Etat. » S’il refuse de commenter une éventuelle poursuite des discussions avec Bouygues, Alain Weill a toutefois indiqué que « la consolidation arrivera. Mais je ne peux pas dire si c’est dans trois mois, un an ou 5 ans ». Le mois dernier, l’intéressé avait à ce propos observé que «ce sont plutôt les deux plus petits acteurs des télécoms qui poussent désormais à une consolidation », ciblant ainsi Free et Bouygues Télécom.

En attendant, les investisseurs pénalisent aujourd’hui la baisse de revenus d’Altice Europe en Bourse et ce malgré la performance commerciale. Le titre a en effet chuté de près de 12% à 2,530€. Pour rappel, Free dévoilera ses résultats le 04 septembre et Bouygues, le 30 août.

 

 Source : Le Monde