Haro sur Iliad en Italie : les syndicats dénoncent en coeur l’impact sur l’emploi

Haro sur Iliad en Italie : les syndicats dénoncent en coeur l’impact sur l’emploi

Déjà-vu

Dans un communiqué commun, trois syndicats du secteur des télécoms en italie demandent à être reçus par le ministre du développement économique et du travail, Luigi Di Maio, ainsi que par le ministre de l’intérieur, Matteo Salvini. Ils craignent un impact sur l’investissement et l’emploi dans le secteur des télécoms et un danger pour la sécurité nationale suite à la polémique sur les SimBox. Iliad se veut rassurant.

Les syndicats demandent l’ouverture d’une enquête "pour vérifier les conditions de travail et le respect des engagements qu’Iliad aurait du observer suite à l’obtention des autorisations" pour entrer sur le marché italien ainsi que "le respect des lois en matière de sécurité publique". Selon eux, l’arrivée d’un quatrième opérateur, condition sine qua non imposée par l’Europe pour valider la fusion entre Wind- et Tre ne fait que "continuer de détruire une partie importante de valeur dans le secteur, au point de mettre en péril l’équilibre pour les sociétés entre investissements et rémunération du capital".

Sur le front de l’emploi, Iliad avec ses 200 salariés à un statut d’entreprise "virtuelle" par rapport aux opérateurs qui investissent dans le très haut débit par ailleurs, selon eux, ce qui leur fait craindre un impact négatif sur l’emploi dans le secteur des télécoms.

Iliad a répondu dans la soirée d’hier "avoir créé en quelques mois environ 1 500 emplois directs ou indirects". Précisant que "l’entreprise déploie sa propre infrastructure réseau sur tout le territoire national et ne peut ainsi pas être définie comme un opérateur virtuel".

Par ailleurs, Iliad fait remarquer que par rapport à tous les autres opérateurs présents en Italie la société "se distingue car ses centres de contacts sont tous localisés en Italie". Enfin l’opérateur répète "être en conformité avec les normes de sécurité et vérifie et valide la pièce d’identité de chaque nouvel abonné avant d’activer la carte SIM".