Les timides explications d’Orange sur l’incident qui a touché l’interconnexion voix fixe et mobile en mai

Les timides explications d’Orange sur l’incident qui a touché l’interconnexion voix fixe et mobile en mai

Le 14 mai dernier, avec une réplique le lendemain, un incident majeur sur l’interconnexion voix fixe et mobile de l’opérateur historique a posé des problèmes à des millions d’abonnés Orange qui souhaitaient joindre une personne cliente d’un autre opérateur et vice-versa.

Orange avait déclaré à l’AFP après s’être excusé pour la gêne occasionnée qu’un "incident technique impact[ait] fortement l’interconnexion voix entre Orange et les opérateurs tiers". Sans plus de précision sur l’origine exacte du problème. 

Depuis, silence radio. Pas de rapport post-mortem (bulletins détaillés après incident) accompagné d’une vidéo explicative comme l’avait fait l’opérateur historique lors d’un problème similaire en 2012. L’Association des Opérateurs Télécoms Alternatifs (AOTA) avait remis de l’eau au moulin en juin demandant à ce qu’une communication détaillée soit faite et mettait en avant les implications que peut avoir un incident sur les services voix pour la connexion des usagers aux services d’urgence ainsi que le préjudice économique pour les opérateurs et les entreprises.

Interrogé par ZDNet, Laurent Bénatar, Directeur Technique et du Système Information d’Orange, en dit un peu plus, il ne s’agissait pas d’une perte totale du service mais d’un dysfonctionnement "Il n’y a pas eu d’interruption de service mais un problème d’interconnexion, […] seuls 10 à 15% des appels (30% pendant le pic de l’incident) ont été touchés pendant la période" reconnaissant par la suite tout de même qu’Orange a sous estimé l’impact de ce problème “c’est un dysfonctionnement provoquant une saturation dans un équipement Oracle qui a touché une fraction des appels. Cette saturation a eu une incidence plus forte qu’on ne l’imaginait et le diagnostic a été difficile à établir. Cela aurait du durer une journée, pas deux”.