L’ARCEP voit d’un mauvais oeil la demande de SFR qui veut réutiliser les fourreaux du câble pour y passer de la fibre

L’ARCEP voit d’un mauvais oeil la demande de SFR qui veut réutiliser les fourreaux du câble pour y passer de la fibre

Dans son avis sur les propositions d’engagement de SFR, le gendarme des télécoms, ne voit pas d’un bon oeil les demandes de l’opérateur qui voudrait pouvoir réutiliser dans les immeubles ses fourreaux câbles pour y passer sa fibre le tout sans avoir à obtenir l’accord des copropriétés. Sous couvert d’accélération des déploiements, la mesure pourrait bien in fine avoir l’effet totalement inverse.

L’ARCEP dont l’objectif est de soutenir l’accélération des déploiements des réseaux très haut débit note que l’intention affichée de SFR est louable, mais que "s’agissant spécifiquement de la question de la modernisation des réseaux câblés en réseaux en fibre optique jusqu’à l’abonné, les demandes exprimées par SFR" sont prises avec la plus grande réserve pour plusieurs raisons.

Premièrement, la volonté de s’affranchir de l’accord des copropriétés peut être vu comme une mesure permettant d’accélérer les déploiements mais "elle risque en pratique de venir ébranler la confiance établie avec l’ensemble des parties prenantes et de freiner in fine la dynamique de déploiement de la fibre optique".

De plus, poursuit l’Autorité, si cette faveur venait à être faite à SFR elle devrait s’appliquer à tous les réseaux et "reviendrait à favoriser le déploiement de réseaux FttH en doublons et remettrait en pratique en question la mutualisation des réseaux dans leur partie terminale, ce qui est source d’inefficacité économique". L’ARCEP, en citant un des courriers de SFR, relève que la volonté de doublonner les réseaux par cette mesure y est clairement énoncée, l’opérateur demandant à pouvoir "moderniser ses colonnes montantes existantes [câble] en fibre optique sans avoir à réutiliser les colonnes en fibre déjà posées".

Enfin s’agissant des zones très denses où les déploiements sont quasiment terminés la mesure ne concernerait que 0,36 million de prises câbles et un maximum de 0,23 million de locaux non encore raccordables en FttH sur les 2,55 millions de locaux que l’opérateur s’est engagé raccorder.

Ainsi l’ARCEP "émet les plus grandes réserves sur les mesures proposées par SFR concernant la modernisation des réseaux câblés existants : ces mesures remettent en cause l’équilibre entre opérateurs et propriétaires, résultant de la loi de modernisation de l’économie de 2008, et seraient également source d’inefficacité économique dans les déploiements. De telles mesures pourraient enfin contrarier la dynamique des déploiements et s’avèreraient ainsi contreproductives au regard de l’objectif d’accélération des déploiements."