TDF inaugure son centre technique national de la fibre

 

Devenu il y a un peu plus d’un an opérateur d’infrastructure en charge du déploiement de la fibre dans les zones peu denses, TDF marque le coup et a installé comme prévu son centre technique national de la fibre à Cergy-Pontoise dans le Val-d’Oise. L’inauguration a eu lieu la semaine dernière.

« Plus qu’un centre opérationnel, c’est un nouveau témoignage de notre volonté d’ancrer nos activités au plus proche du terrain », a confié dans les colonnes des Echos Benoît Mérel, directeur général délégué de TDF. Concrètement, ce QG s’étend sur 430 mètres carrés et abrite désormais les équipes d’ingénierie Fibre de TDF, des chargés de projets ou encore des ingénieurs du bureau d’études, les contrôleurs de terrain mais Yvelines Fibre et la direction générale des sociétés de projet Val-d’Oise. Ce département est d’ailleurs d’une importance majeure pour TDF qui y lancera la commercialisation de 15 000 prises à partir du 1er juillet pour un objectif de 40 000 d’ici fin 2018. A noter que ses collaborateurs travaillent au quotidien au déploiement de la fibre optique dans les zones peu denses au cœur des territoires où l’initiative publique est mise en œuvre par TDF.

Historiquement connu pour ses sites de diffusion audiovisuels et télécoms, TDF a l’ambition de devenir un acteur important des réseaux fibre en France après avoir ajouté une nouvelle corde à son arc il y a un an, celle d’opérateur d’infrastructure FTTH. Celui-ci a d’ailleurs déjà signé avec Bouygues Telecom, Videofutur ou encore Ozone afin que ces derniers proposent leurs offres sur les réseaux qu’il opère. Ce n’est pas tout, puisqu’il pourrait conclure prochainement un accord cadre avec Orange, Free et SFR. En somme, TDF évolue rapidement. Si son objectif initial était d’atteindre en trois ans, environ 85 000 prises réparties sur 116 communes. Un an plus tard, cinq départements ont lui fait confiance pour le déploiement, l’exploitation et la commercialisation du réseau fibre optique dans les zones peu denses, à savoir le Val-d’Oise, les Yvelines, l’Indre-et-Loire, le Loir-et-Cher et le Maine-et-Loire. Soit «700 000 prises à déployer en cinq ans dans le cadre de concessions de vingt-cinq ans », a informé son PDG Olivier Huart.