Trois antennes Free Mobile et deux d’Orange inquiètent un collectif de parents d’élèves

Trois antennes Free Mobile et deux d’Orange inquiètent un collectif de parents d’élèves

 
Un cas d’école, c’est le moins que l’on puisse dire.

Direction la commune de Chalou-Moulineux dans l’Essonne où cinq antennes de Free Mobile et Orange sont au coeur d’une polémique. Partisan d’une meilleure couverture, un collectif de parents d’élèves milite pour le déplacement de ces équipements en service et placés sur un château d’eau. Trois appartiennent à l’opérateur de Xavier Niel et sont campés depuis octobre 2017, les deux autres sont à Orange et activés depuis 2007. Au coeur du problème aux yeux des opposants, « ces antennes sont justes au dessus de la tête de nos enfants, et nous n’avons à aucun moment été consultés, ni même prévenus. Ce que nous voudrions, c’est qu’elles soient déplacées », peut-on lire dans les lignes du Parisien. Pourtant, ce château d’eau constitue le point le plus haut du village , et grâce à ces installations, celui-ci peut bénéficier de la 4G d’après la maire.

Inquiet, le collectif a demandé à un prestataire de l’ANFR d’effectuer des mesures. Résultat, le niveau global d’exposition est de 0,37 volt par mètre, soit largement en dessous de la valeur limite de 28V/m. La maire compte ainsi le faire savoir par le biais de tracts à la population. Ce qui n’empêche pas certains parents élèves d’affirmer que leurs enfants sont sujets à des maux de tête et de poser la question de savoir si cela est-il lié ou non aux ondes. Afin de répondre aux interrogations, une réunion publique d’information a pris place dans ce sens vendredi dernier… En présence notamment de l’association Priartem (anti-ondes) afin d’informer sur les risques liés aux technologies électromagnétiques. Etrange.