Free affirme “foutre la paix” à ses abonnés et ne pas exploiter leurs données personnelles

Free affirme “foutre la paix” à ses abonnés et ne pas exploiter leurs données personnelles

A la suite du scandale Cambridge Analytica/Facebook, les questions sur l’utilisation des données personnelles sont légion, les opérateurs sont ainsi amenés à donner à tour de rôle leur position. Si Orange a affirmé fin mars ne rien faire des datas qu’il collecte allant toutefois un peu vite en besogne, Maxime Lombardini a de son côté avancé avant-hier devant la Commission des affaires économiques que Free laisse ses abonnés tranquilles et n’exploite pas leurs données.

«L’entreprise Free, c’est le fait de ses fondateurs Xavier Niel et de la petite équipe qui est encore en bonne partie présente, a une culture très libertaire au sens où nos abonnés, on leur fout la paix. Du coup, nous ne faisons rien, ni en bien ni en mal, des datas que nous pourrions collecter et que d’ailleurs nous ne collectons pas véritablement», a indiqué le directeur général d’Iliad. Et de préciser « qu’il y a toute sorte de règlements existants ou à venir qui imposent une grande vigilance sur le sujet».

Enfin, après avoir assuré que Free est «en conformité» avec ses obligations légales en rappelant sa responsabilité en tant qu’opérateur, Maxime Lombardini a conclu : « on pourrait avoir potentiellement accès à un grand nombre d’informations mais nous ne les utilisons à aucun usage ni commercial ni autre.»