Free voit d’un mauvais oeil l’intégration de BFM TV, Numéro 23 … au sein de SFR et demande une sécurisation des chaînes gratuites de la TNT

Free voit d’un mauvais oeil l’intégration de BFM TV, Numéro 23 … au sein de SFR et demande une sécurisation des chaînes gratuites de la TNT

Iliad (Free) veut une garantie sur la disponibilité des chaînes gratuites de SFR/NextRadio TV mais le CSA estime que cette problématique doit être traitée au niveau du secteur, à l’heure où TF1 et M6 sont également concernés, rapporte Satellifax.
 
Comme prévu, Iliad (Free) a été auditionné hier par le CSA dans le cadre de l’examen de la demande d’agrément du projet de prise de contrôle exclusif de la société Group News Participations par SFR, autrement dit la coentreprise, créée par Alain Weil et Altice, qui regroupe les actifs de NextRadioTV, à savoir les chaînes BFM TV, RMC Découverte, Numéro 23 ainsi que les stations de radio RMC et BFM Business. Une prise de contrôle qui avait déjà été validée par l’Autorité de la concurrence, mais qui reste soumise à l’agrément du CSA. C’est Maxime Lombardini, dg d’Iliad, qui a représenté le groupe.
 
Et force est de constater que le groupe de Xavier Niel n’a pas caché ses craintes quant à l’impact de cette opération. Le risque selon Iliad est que ces chaînes de la TNT gratuite ne soient plus toutes disponibles pour les français qui reçoivent la tv par internet : « L ’ IPTV s’ est développée pendant quinze ans dans une relation équilibrée, sans conflits entre éditeurs et distributeurs. Les distributeurs ne facturaient pas le transport du signal aux chaînes gratuites, qui en retour ne leur facturaient pas leurs programmes » a t-il rappelé mais aujourd’hui les cartes sont rebattues et l’arrivée de NextRadio TV dans le giron de SFR pourrait avoir pour conséquence « l’utilisation des chaînes de la TNT gratuite comme instrument dans la concurrence entre les opérateurs télécoms ». De ce fait les opérateurs possèdant également des licences hertziennes comme ce sera le cas de SFR après le rachat de NextRadioTV, « seront gagnants , soit en extorquant une rémunération , soit en coupant la distribution de leurs chaînes », martèle le DG d’Iliad qui demande au CSA « un engagement que la disponibilité du signal linéaire des chaînes gratuites de NextRadioTV soit garantie.» Et plus généralement, une sécurisation de l’ensemble des chaînes gratuites.

Autre inquiétude d’Iliad, les déclarations récentes d’Alain Weill, le PDG de SFR qui n’exclut pas de faire payer les services à valeur ajoutée de ses chaînes. Maxime Lombardini n’est pas dupe et avance qu’en partant de ce postulat « le signal linéaire ne sera plus disponible gratuitement seul », mais inclus dans un package payant pour le distributeur». A noter la confirmation que Free a bien reçu en 2016 un courrier émanant de NextRadio TV lui demandant la bagatelle de 8 millions d’euros par an pour la diffusion de BFM Paris.

Le problème doit être réglé à l’échelle du secteur 

Maxime Lombardini a enfin jugé insuffisante l’étude d’impact du CSA, estimant que celui-ci se décharge de ses responsabilités sur la distribution des chaînes gratuites et d’ajouter que la loi de 1986 permet au CSA de réguler les relations entre distributeurs et éditeurs et que celle-ci impose la neutralité technologique des réseaux. Que nenni, le Conseil a en tout cas considéré que l’opération de SFR/NextRadio TV n’est pas isolée et que c’était à « l ’échelle globale du secteur de la distribution des services de télévision que les conséquences de cette évolution sur le pluralisme et l’intérêt du public devraient le cas échéant être analysées ».