Mediawan (Xavier Niel) veut frapper fort en 2018 et n’exclut pas d’investir des centaines de millions d’euros

Mediawan (Xavier Niel) veut frapper fort en 2018 et n’exclut pas d’investir des centaines de millions d’euros

 

 
En marge de la publication de ses résultats pour l’année 2017, un exercice durant lequel Mediawan a transformé l’essai avec une performance supérieure aux objectifs, ses trois fondateurs, Xavier Niel, Matthieu Pigasse et Pierre-Antoine Capton se sont tournés vers 2018 avec toujours autant d’ambition.
 
Dans une interview accordée aux Echos, les trois hommes d’affaires n’ont pas tourné autour du pot. De but en blanc, Pierre Antoine-Capton confie que le Spac « va avoir une force de frappe plus importante. La prochaine étape sera l’internationalisation et notamment l‘européanisation ». Et d’ajouter « être en discussion avec plusieurs cibles potentielles », entre autres dans la production en Italie, d’autres acquisitions sont prévues en Europe. « On a pas de limite » poursuit Matthieu Pigasse, « en 2018- 2019, on va frapper encore plus fort. On ne raisonne pas en termes de taille mais on a la capacité de faire des acquisitions très significatives , de plusieurs centaines de millions. » Mediawan compte aussi enchaîner les partenariats commerciaux en Asie et aux Etats-Unis. L’ambition est enfin toujours la même selon Xavier Niel, « créer le leader européen des contenus premium », « Mediawan doit créer et posséder les plus belles marques de séries, de dessins animés et de documentaires ». En 2018, l’accent sera également mis sur la mise en place de synergies entre les différentes acquisitions faites dans le marketing et la distribution.


Une myriade d’acquisitions

 

Avec l’acquisition de Groupe AB pour 280 M€, Mediawan a réalisé le 31 mars 2017 sa première opération structurante, créant les bases d’un groupe indépendant de contenus et de médias audiovisuels en Europe. Le Spac a acquis en juillet CC&C (Clarke Costelle & Co), une société de production audiovisuelle spécialisée depuis 2001 dans les documentaires et programmes historiques, notamment autour de la collection « Apocalypse ». S’en est suivi la prise de participation majoritaire dans ON kids & family, leader européen de l’animation, producteur de séries télévisées et de longs-métrages à succès avec des marques telles que « Miraculous Ladybug », « Le Petit Prince », « Playmobil », « Robin des Bois », « Le Petit Nicolas », « Iron Man ». Début 2018, Mediawan a annoncé des opérations concernant des sociétés de production comme l’activité télévision d’EuropaCorp (hors séries US), d’une participation majoritaire du groupe Makever, un des premiers producteurs français avec des franchises fortes comme « Cherif », « Kaboul Kitchen » et plus récemment « Les Bracelets Rouges » et de 60% de Mon Voisin Productions, à l’origine notamment de la série « Dix Pour Cent », les discussions exclusives devant aboutir prochainement. 
 
A noter aussi l’entrée de Mediawan dans l’eSport avec la signature d’un partenariat TV exclusif avec Activision Blizzard, leader mondial du jeu vidéo (« Call of Duty », « World of Warcraft »). Ainsi la société audiovisuelle est aujourd’hui, le 1er producteur de fictions et de documentaires en France, avec 13 sociétés de productions et dispose d’un catalogue de plus de 13,000 heures de programmes, alimenté chaque année par plus de 250 heures de nouvelles productions.


Une année 2017 au-delà des objectifs

 
Le chiffre d’affaires pour l’exercice 2017 s’élève à 115,7 M€ sur la base d’une intégration de Groupe AB sur 9 mois – soit depuis le 1er avril. Dans l’ensemble, le chiffre d’affaires ressort en proforma sur l’année à 163,8 M€, légèrement supérieur à l’objectif fixé au moment de l’acquisition, et en croissance de +3% par rapport à l’exercice précédent. Mediawan a rassemblé différentes sociétés qui ont été acquises ou devraient l’être dans les prochains mois, asseyant la position du groupe à l’échelle Européenne avec un chiffre d’affaires combiné en 2018 de l’ordre de 270 M€. « Au 31 décembre 2017, l’endettement financier net du Groupe ressort à 28,5 M€. La situation de trésorerie nette s’établit à 82,4 M€, dont une part significative a été ou sera déployée dans le cadre des acquisitions réalisées sur l’exercice 2018 », précise un communiqué.