France Télévisions a conclu un contrat avec Free pour la distribution de son Netflix à la française mais…

France Télévisions a conclu un contrat avec Free pour la distribution de son Netflix à la française mais…

L’attente est longue et va se prolonger. Attendu en mars 2017, puis en octobre dernier, le service SVOD de France Télévisions a été mis en suspens "quelques semaines" par le groupe audiovisuel public dans le but de continuer ses discussions avec M6 et TF1 sur la création d’une plateforme commune, révèle Les Echos

Piqûre de rappel. Depuis plusieurs mois, France Télévisions cherche à lancer une plateforme SVOD, un Netflix à la française. Ce service par abonnement reposera sur un modèle de partenariat avec les principaux groupes de producteurs-distributeurs en fiction et sera intégré à la nouvelle plate-forme france.tv, qui permet de revoir la majorité du contenu de France Télévisions sur tous les écrans. Dans les lignes des Echos, on apprend d’ailleurs que le groupe audiovisuel public et Free ont conclu un premier accord et que la plateforme devait être lancée en avril ou mai. Si l’offre de SVOD est prête, France Télévisions a toutefois décidé de la mettre en pause : « On a mis en suspens le sujet pour quelques semaines, pour continuer nos discussions avec TF1 et M6 sur un projet commun », précise au quotidien Julien Verley, directeur du développement commercial du groupe audiovisuel public. L’objectif serait donc de trouver un accord avec ces deux chaînes privées et d’agrémenter le projet initial de SVOD de leurs services additionnels.
 
Le patron d’M6 Nicolas de Tavernost, s’est d’ailleurs dit favorable à la création d’une plateforme commune dans laquelle les contenus de ses chaînes ainsi que celles de France Télévisions et de TF1 feraient chambre commune. "Demain, nous pourrions envisager de regrouper MyTF1, France.tv et 6play, sous une même marque, un même portail", a t-il confié dans les lignes du Figaro le mois dernier tout en ajoutant que "M6 rencontrera prochainement les équipes de France Télévisions" dans cette optique là. A ses yeux, rassembler les portails respectifs de chacun de ces groupes serait non seulement bénéfique aux téléspectateurs mais permettrait également de gagner en visibilité face aux rivaux Netflix et Amazon Prime tout en faisant des économies via une mutualisation des investissements. L’objectif serait aussi d’engranger davantage de recettes publicitaires et de constituer « une meilleure force de frappe pour conquérir rapidement des parts de marché face aux Gafa ».
 
A noter que France TV s’est récemment dit ouvert aux discussions avec Orange. L’objectif également recherché, au delà des contenus, est de trouver des partenaires qui pourraient entrer au sein du capital de la structure. Des négociations sont en cours depuis quelques mois avec la Caisse des dépôts.