Le CSA demande des engagements supplémentaires à SFR pour la chaîne Numéro 23

Le CSA demande des engagements supplémentaires à SFR pour la chaîne Numéro 23

Le CSA a publié son étude d’impact suite au rachat de NextRadio TV par SFR. Il demande à SFR des garanties supplémentaires pour la chaîne Numéro 23.

En juillet 2015, le groupe Altice/SFR rachetait 49% de NextRadio TV, le groupe d’information constitué autour de l’information générale, le sport, l’économie, la high-tech et la découverte. NextRadioTV est composé d’actifs tels que BFMTV et RMC (respectivement 4ème groupe de télévision et 4ème radio de France en part d’audience), avec également RMC Sport, RMC Découverte, BFM Business ainsi que 01net.com (6 millions de visiteurs uniques par mois) et BFMTV.com (4 millions de visiteurs uniques par mois). NextRadioTV détient, par ailleurs, une participation minoritaire dans la chaîne Numéro 23.

En janvier 2017, NextRadioTV et SFR annonçaient avoir soumis au CSA une demande d’agrément pour franchir une nouvelle étape dans leur partenariat stratégique au terme de laquelle SFR prendrait le contrôle exclusif de NextRadioTV. 

Le CSA, dans son étude, estime que l’opération dans son ensemble “n’est pas de nature à modifier les équilibres actuels en termes de diversité des opérateurs présents sur le secteur de la télévision (gratuite, payante, nationale et locale) et dans le secteur de la radio”. 

Par contre, pour Numéro 23 (chaîne dont le CSA avait demandé la fermeture en 2015) le régulateur demande des garanties supplémentaires, notamment diffuser plus de films non américains, plus de sport féminin et de handisport ainsi que mieux refléter la diversité de la société française.

Le groupe de Patrick Drahi dans une lettre que le CSA a rendu publique s’engage à plus de diversité dans le choix des présentateurs et journalistes, à diffuser une soirée par mois des “productions inédites de magazines et documentaires consacrés des problématiques reflétant la diversité de la société françaises”, à diffuser “davantage de films de cinéma du monde que de films américains”. Pour les programmes sportifs Altice, s’engage à consacrer au moins 5% de la programmation sportives au sport féminin et au handisport.

Le gendarme de l’audiovisuel souhaiterait que Altice s’engage encore plus. En effet pour le CSA par exemple l’engagement sur les 5% de sport féminin et de handisport "outre une quantification en deçà des attentes du Conseil, au sein de l’offre de programmes sportifs, ne garantit pas que le sport féminin et le handisport bénéficient de conditions de programmation comparables à celles des autres événements sportifs". Pour la diffusion de films de "cinéma du monde" le CSA estime qu’il "serait souhaitable que l’éditeur s’engage sur un nombre plus élevé de diffusion d’œuvres cinématographiques provenant d’Asie, d’Amérique latine, diffusées en première partie de soirée". Sur les programmes reflétant la diversité de la société française, le Conseil "note avec satisfaction l’engagement de diffusion de tels programmes en première partie de soirée, mais estime que la quantification proposée par le groupe SFR, à savoir une diffusion mensuelle, pourrait être plus ambitieuse afin d’atteindre pleinement l’objectif de maintien du format. Il souhaiterait donc une montée en charge pour parvenir à une programmation plus régulière".Après audition de SFR, NextRadioTV ainsi que les tiers qui le souhaiteraient, le CSA rendra sa décision finale courant du mois d’avril.