Orange, Bouygues, Free et SFR pourront commercialiser la 5G en 2019… avant la procédure d’attribution des fréquences

Orange, Bouygues, Free et SFR  pourront commercialiser la 5G en 2019… avant la procédure d’attribution des fréquences

C’est désormais on ne peut plus clair, les opérateurs pourront ouvrir leur réseau 5G au grand public dès 2019 sans être dans l’obligation d’attendre la procédure d’attribution des fréquences, prévue en 2020.

Les violons s’accordent. Alors qu’Orange prévoit depuis novembre dernier dans sa feuille de route un déploiement de son réseau 5G sur des zones pilotes en 2019 et notamment dans une première ville conformément au souhait de la Commission européenne, Sébastien Soriano avançait de son côté que le déploiement massif de la 5G ne serait pas crédible dans l’hexagone avant 5 ans. Présents au MWC18 de Barcelone, le secrétaire d’Etat Mounir Mahjoubi et le président de l’Arcep ont tenu à mettre les points sur les i lors d’un point presse, rapporte 01Net« La grande procédure d’attribution des fréquences 3,5 GHz et 26 GHz aura lieu probablement en 2020, et au plus tôt fin 2019 », a rappelé Sébastien Soriano avant de souligner que « rien n’empêchera les opérateurs d’ouvrir leur réseau 5G au grand public sur leurs sites pilotes dès l’année prochaine.»

Pour préparer l’arrivée de la 5G, l’Arcep a ouvert un guichet “pilotes 5G” accessible à tout type d’acteurs en janvier dernier auquel ont répondu Bouygues Telecom et Orange. Dans la bande 3400-3800 MHz, des fréquences sont déjà disponibles dans neuf agglomérations, à savoir Lyon, Bordeaux, Nantes, Lille, Le Havre, Saint-Étienne, Douai, Montpellier et Grenoble. Ainsi l’ARCEP a publié vendredi dernier les premières autorisations avec attribution de fréquences pour ces deux opérateurs dans quelques villes de France. 

Bouygues Telecom est autorisé à expérimenter la 5G à Bordeaux (deux sites) et à Mérignac (un site) du 1er mai au 30 septembre 2018. Orange quant à lui pourra mener ses tests sur 30 sites à Lille et 48 autres à Douai sur la bande 3600 – 3700 MHz tout comme son concurrent. L’autorisation est attribuée pour un an, à partir du 1er juin 2018 et jusqu’au 1er juin 2019. De ce fait et sans trop se mouiller, les habitants de ces villes seront donc les premiers à pouvoir jouir de la 5G en France et ce à partir de 2019. Les tests se transformeront donc sans doute en offres commerciales. « La France ne sera pas en retard sur la 5G », a d’ailleurs affirmé fermement le secrétaire d’Etat au numérique. Reste à attendre également l’arrivée des terminaux compatibles.