Apple va devoir s’expliquer devant la justice sur le bridage intentionnel de certains iPhone

Apple va devoir s’expliquer devant la justice sur le bridage intentionnel de certains iPhone

Suite aux révélations d’Apple qui a avoué avoir bridé intentionnellement les performances de certains vieux modèles d’iPhone pour en protéger la batterie, des consommateurs américains ont tout de suite pensé à une forme d’obsolescence programmée où le bridage aurait été mis en place pour les forcer à acheter un terminal plus récent. D’autres se sont lancés dans une action de groupe en justice contre Apple pour "rupture de contrat".

Tout est parti d’un post sur Reddit où les utilisateurs d’iPhone échangeaient sur les baisses de performances de leurs smartphones. Certains témoignaient d’avoir remarqué une forte augmentation des performances après avoir remplacé la batterie. 

Deux jours après que le site Geekbench a médiatisé l’affaire, Apple a pris la parole pour annoncer qu’elle avait effectivement mis en place un système de bridage pour protéger la batterie des smartphones concernés. “Les batteries lithium-ion perdent leur capacité à répondre aux pics de consommation quand il fait froid, qu’elles sont faiblement chargées ou qu’elles vieillissent, ce qui peut entraîner une fermeture inopinée de l’appareil pour protéger ses composants électroniques. L’année dernière, nous avons lancé une fonction pour l’iPhone 6, l’iPhone 6s et l’iPhone SE pour lisser les pics de consommation instantanés uniquement lorsque cela est nécessaire pour éviter que l’appareil ne s’éteigne de manière inattendue”.

Suite à cette annonce d’Apple sous forme d’aveux et traduisant un manque de transparence envers ses clients, des consommateurs américains ont tout de suite pensé à une forme d’obsolescence programmée où le bridage aurait été mis en place pour les forcer à acheter un terminal plus récent. Arnaud Gossement, un avocat spécialisé en droit de l’environnement, explique à L’Express qu’une procédure judiciaire en ce sens n’aurait que peu de chance d’aboutir car il faudrait “pouvoir prouver qu’Apple a eu par avance l’intention de limiter la durée de vie de ses appareils. Si on ne parvient pas à démontrer l’intentionnalité, alors ce n’est pas considéré, du point de vue de la loi, comme étant de l’obsolescence programmée”.

Par contre les cinq consommateurs qui accusent l’entreprise de pratiques “trompeuses, immorales et contraires à l’éthique” comme le relève Fredzone, ont plus de chance de se voir dédommager puisque démontrer que le service pour lequel ils ont payé n’a pas été correctement fourni est beaucoup moins complexe que dans le cas de l’obsolescence programmée.

Cette mauvaise gestion de la transparence et de la communication d’Apple sur ses produits pourrait lui coûter cher.