Facebook : le réseau social peut être nuisible pour ses utilisateurs

Facebook : le réseau social peut être nuisible pour ses utilisateurs

Vendredi dernier, le réseau social de Mark Zuckerberg a publié un article à propos de l’effet néfaste des réseaux sociaux.

« Ce sont des questions critiques pour la Silicon Valley, et pour nous » déclarent Moira Burke et David Ginsberg deux membres de l’équipe de recherche de Facebook. « En tant que parents, nous nous inquiétons du temps passé par nos enfants sur les écrans, et ce qu’une « connexion » voudra dire dans 15 ans. Nous avons peur de passer plus de temps avec nos smartphones qu’avec notre famille. »

Les deux chercheurs apportent de multiples précisions concernant leurs études sur les effets nuisibles des réseaux sociaux. « En général, les gens qui passent beaucoup de temps à consommer de manière passive des informations, c’est-à-dire qui lisent mais qui n’interagissent pas avec les autres, se sentent mal », détaillent-ils. « Les causes ne sont pas claires, mais les chercheurs supposent que lire des choses sur d’autres personnes provoque un phénomène négatif de comparaison, davantage en ligne que sur la vraie vie, car les publications sur les réseaux sociaux sont généralement flatteuses et choisies avec soin. »

D’après le réseau social, la solution à ce problème serait de mieux utiliser les réseaux sociaux. Les chercheurs ayant cité une recherche de l’université américaine Carnegie Mellon affirment que : « Interagir avec d’autres personnes, comme partager des messages avec des amis proches à propos d’interactions passées, est lié à l’amélioration du bien-être ».

Facebook souligne l’utilisation de psychologues et sociologues afin de travailler sur le sujet et d’établir une liste de toutes les améliorations comme son outil de prévention du suicide mais aussi depuis vendredi la fonction « Snooze » par exemple. Elle permet de masquer les publications d’un contact, pendant une courte période sans pour autant le supprimer. La firme s’intéresse aussi à d’autres problèmes comme par exemple l’effet du Web sur la concentration de chacun.

Cette longue étude a été publiée dans le cadre d’une nouvelle série de prises de paroles d’employés de Facebook intitulée « Hard Questions » (« questions difficiles »). Comme son titre le laisse sous-entendre, cette nouvelle série traite des critiques portées à l’encontre du réseau social.

Il y a peu, un ancien cadre du réseau social a fait parler de lui en blâmant son employeur. « Je pense que nous avons créé des outils qui déchirent le tissu social » a-t-il déclaré, exprimant son « immense culpabilité ». La publication de cet article ne semble donc pas avoir été choisi au hasard par la firme.

« Nous n’avons pas toutes les réponses, mais vu le rôle proéminent des réseaux sociaux dans la vie des gens, nous voulons aider à élever le niveau du débat » a déclaré l’entreprise.

Source  : lefigaro.fr