Fibre : certaines collectivités commencent à céder aux sirènes de SFR

Fibre : certaines collectivités commencent à céder aux sirènes de SFR

Passé quasiment inaperçu, au lendemain du colloque "Territoires et Réseaux d’Initiative Publique (TRIP)" de l’Avicca, SFR Collectivités a signé la première convention pour le déploiement sur fond propre de la fibre optique avec une communauté de commune rurale, celle de Charente limousine.

Régis Turini secrétaire général de SFR, après avoir qualifié, lors du colloque de l’Avicca, Free de "coucou des télécoms" a filé en Charente pour assister à la signature de la convention entre SFR et la communauté de communes rurale Charente limousine.

Jeudi 30 novembre la communauté a annoncé avoir préféré SFR pour construire son réseau fibre optique sans débourser un centime. Cela représente pour la communauté de commune une économie de 2,8 millions d’euros qu’elle aurait sinon dû payer au syndicat mixte Charente Numérique qui a rejoint, en octobre dernier, Nouvelle-Aquitaine THD (la société publique locale chargée de l’exploitation et la commercialisation des réseaux publics Très Haut Débit).

D’autres communautés seraient d’ailleurs tentées par les propositions alléchantes de SFR, comme Lavalette-Tude-Dronne qui va devoir faire le choix le 14 décembre prochain entre Charente Numérique et SFR. Coeur de Charente, La Rochefoucauld Porte du Périgord et Val de Charente suivent avec beaucoup d’attention ce débat. 

Le Président de THD Nouvelle-Aquitaine, Mathieu Hazouard, se dit particulièrement préoccupé par cette signature “je suis inquiet quand je vois la proposition de SFR : que viennent-ils vendre en Charente limousine, si ce n’est un miroir aux alouettes ?”. 

Convaincu que SFR ne tiendra pas ses promesses, il explique à Charente Libre “Le diable se niche dans les détails : ils s’engagent à aller jusqu’aux zones raccordables, pas jusqu’aux logements. C’est différent. Tout le monde est conscient que SFR ne tiendra pas son engagement”. 

La sénatrice Nicole Bonnefoy prend la défense de l’opérateur au carré rouge “Tout ce qui peut être fait par le privé, c’est de l’argent public à dépenser en moins. SFR dit qu’il peut le faire et le gouvernement promet de sanctionner les opérateurs s’ils ne tiennent pas leurs engagements. Pourquoi s’en priver ?

Comme le relève Degroupnews,cette situation est typiquement celle en raison de laquelle le sénateur Patrick Chaize a déposé un projet de loi visant à sécuriser les investissements publics dans les réseaux FTTH et empêcher tout doublonnage.

 
source : Charente Libre