Un bilan décevant pour SFR Sport qui va revoir sa stratégie de distribution

Un bilan décevant pour SFR Sport qui va revoir sa stratégie de distribution

 
En aout 2016, SFR Sport était lancé en grande pompe, avec de nombreuses personnalités sportives à la présentation et Ronaldo qui assurait la publicité. Peu de temps après, et faute d’avoir trouvé d’accord de distribution avec Free, Orange ou Bouygues Télécom, SFR lançait une offre OTT à 9,99€/mois, pour permettre de recevoir ses chaînes sportives, y compris sur la Freebox Mini 4K au travers d’une application Android TV.
 
Un an plus tard, le bilan est plutôt moyen. Les Echos rapportent que l’audience de SFR Sport 1 reste basse à « 0,1 % – sur l’univers payant y compris box etc. -, avec quelques 2 millions de personnes qui ont regardé au moins 10 secondes consécutives sur 4 semaines, selon Médiamétrie (au premier semestre). A titre de comparaison, BeIN Sports 1, revendique 5 millions d’individus et 0,5 % sur ce même échantillon ».
 
Concernant spécifiquement l’offre OTT de SFR Sport, Les Echos rapportent que seuls 15 000 abonnements ont été contractés, contre plusieurs dizaines de milliers pour l’offre OTT de beIN Sports et près d’un million pour celle d’Eurosport à travers l’Europe.
 
Face à ce constat, l’opérateur va revoir toute sa stratégie de distribution pour ses chaînes de sport, en mettant en avant l’offre OTT. « On pensait que le coeur de notre business model était de faire venir des abonnés sur le fixe par le contenu. Force est de constater que l’on n’a pas réussi », a indiqué une source interne aux Echos. 
 
Un analyste de chez Bryan Garnier, explique pour sa part, toujours aux Echos : « Ils ont peu mis en avant l’offre OTT dans leur communication, alors qu’elle constitue une opportunité d’élargir leur base de clientèle et de mieux rentabiliser les investissements. En outre, la compétitivité de SFR Sport pose question. »
 
Si SFR veut mettre en avant son offre OTT pour engranger davantage d’abonnés, Les Echos précisent également que « l’idée plus générale est aussi de rendre payantes tout ou partie des chaînes SFR Sport, jusqu’ici offertes aux abonnés de SFR »