Orange Bank : mauvaise période pour le lancement et manque de personnel dans les boutiques selon la CFE-CGC

Orange Bank : mauvaise période pour le lancement et manque de personnel dans les boutiques selon la CFE-CGC

A quelques jours du lancement de Orange Bank, l’offre bancaire 100% mobile de l’opérateur, prévu le 2 novembre prochain, le syndicat CFE-CGC met les pieds dans le plat. Les retards successifs ont conduit au choix d’une date de lancement dans une mauvaise période. De plus les boutiques sont déjà en sous effectifs, les représentants syndicaux demandent plus de recrutements et sont prêts à mettre la main à la pâte en allant aider leurs collègues en boutique en décembre.

La période est délicate (veille du lancement de l’iPhone X et de la période de Noël) et le syndicat CFE-CGC alerte en faisant part de leur forte inquiétude “quant à la capacité de nos équipes à tenir le choc face à une demande qui peut se révéler importante” dans un courrier adressé à Stéphane Richard le PDG d’Orange.
 
Le réseau de distribution de l’opérateur “est déjà dans une situation tendue”. Le syndicat estime que les 500 recrutements prévus pour 2018 ne seront pas suffisants et appelle le PDG Stéphane Richard à “anticiper les recrutements prévus au T1 2018 dans les boutiques, en embauchant en tant que CDI les CDD et les intérimaires, les confirmant ainsi dans leur poste”.
 
Par ailleurs, conscients de l’importance qu’il y a à ce que cette période se passe bien, les centaines de représentants de la CFE-CGC Orange (2e organisation syndicale dans le groupe Orange) se proposent d’utiliser leurs heures de délégation du mois de décembre pour venir en soutien à leurs collègues en boutique et les aider à faire face à la forte affluence qui s’annonce. Si leur proposition est acceptée, ils sont prêts à suivre une formation dès le mois de novembre.
 
Enfin, dans une interview à La Provence, Sébastien Crozier, le président de CFE-CGC Orange France estime que la répartition des emplois sur le territoire est déséquilibrée. Trop de postes sont localisés en région parisienne. Il demande à ce que 8 000 emplois soient relocalisés d’Ile de France vers 10 grandes métropoles. Il propose également la création du deuxième centre d’appel d’Orange Bank à Aix-Marseille.