“Magouille de TVA”: le patron d’Altice Media tacle à son tour Xavier Niel

“Magouille de TVA”: le patron d’Altice Media tacle à son tour Xavier Niel

Oeil pour oeil, dent pour dent. Alors que Xavier Niel ne s’est pas privé d’attaquer Patrick Drahi sur SFR Presse le week-end dernier, le patron d’Altice Media, Alain Weill, a tenu à rendre la pareille au patron de Free hier soir lors du Club audiovisuel de Paris.

« Je pense que rendre la presse gratuite, c’est la détruire. C’est justement en général ce que j’appelle une magouille de TVA qui consiste à dire si je mets de la presse dans mon forfait téléphonique, j’ai une TVA réduite, je gagne 400 millions d’euros, ça me fait économiser 10 millions et je fais un bon plan financier, en fait ils ne s’intéressent pas à la presse, au contraire, je pense qu’ils accélèrent la disparition de la presse plutôt que l’aider. Si vous parlez de Patrick Drahi, il est venu là pour aider Libération, je ne suis pas sûr qu’en l’offrant gratuitement ça l’aide», invité sur le plateau de Clique dimanche dernier, Xavier Niel n’a pas été tendre avec les pratiques de SFR autour de l’intégration de son kiosque dans ses forfaits mobiles. 

Bon joueur, Alain Weil s’est toutefois fendu d’une riposte hier soir rappelant que SFR ne contribue pas à la disparition de la presse, l’opérateur s’inspire en réalité ni plus ni moins du modèle de Xavier Niel il y a 10 ou 15 ans Niel, à savoir « la télévision sur l’ADSL » et la TVA réduite de la télé. Les similitudes sont incontestables à ses yeux : « Quand vous avez un certain nombre de chaînes de télé automatiquement avec votre abonnement à un opérateur télécoms, vous ne dites pas que ces chaînes ne valent rien !», a t-il rétorqué.

Pour rappel, le gouvernement avait décidé à l’automne 2010, une hausse de la TVA sur les abonnements «triple play». Les fournisseurs d’accès à Internet bénéficiaient jusqu’alors d’une TVA réduite à 5,5% sur la moitié du prix payé par les abonnés, ce qui correspondait à la part de la télévision dans leurs forfaits mais depuis le 1er janvier 2011, le taux plein à 19,6% s’appliquait en totalité ce qui a amené Free à casser son offre triple play avec un prix forfaitaire et une option TV payante.

La conviction d’Alain Weill est d’ailleurs fondée, Free en appliquant autrefois le taux de TVA réduite de la télé à ses forfaits internet a payé les frais du visionnarisme de son fondateur car « c’est tout à fait normal qu’une partie importante de l’abonnement soit avec une TVA réduite car un des premiers usages de l’internet à la maison, c’est de regarder la télé» a t-il déclaré. Au même titre, SFR Presse « est peut être un peu en avance » avec la TVA réduite à 2,1% appliquée à une partie significative de son abonnement global, mais ce dernier en est convaincu, la presse sur mobile « va exploser » et le modèle de distribution va se métamorphoser. Le week-end dernier, les députés ont voté un amendement mettant fin aux abus de SFR et Bouygues Telecom sur la TVA réduite de la presse. L’opérateur au carré rouge devra s’y résoudre avec possiblement une option à 10 euros.

Source : Les Echos