Pour Xavier Niel, SFR détruit la presse et l’Etat devrait sortir du capital d’Orange

Pour Xavier Niel, SFR détruit la presse et l’Etat devrait sortir du capital d’Orange

Invité exceptionnel cet après-midi du magazine d’actualité Clique Dimanche sur Canal+, Xavier Niel a abordé pléthore de sujets… De la presse gratuite dans les forfaits, à la sortie de l’Etat du capital d’Orange en passant par la taxation des Gafa et la rumeur autour de l’obtention de la 4ème licence mobile de Free. Séance confessions.

Après s’être confié larmes aux yeux sur sa relation avec Pierre Bergé décédé récemment et avoir présenté la diversité comme moteur pour "faire de grandes choses", Xavier Niel s’est penché sur la convergence médias-télécoms et l’intégration de la presse dans les forfaits mobiles de SFR et Bouygues Telecom. A la question, vous en pensez quoi de la vision de Patrick Drahi de rendre la presse gratuite via son kiosque, le patron de Free n’a pas mâché ses mots :

« Je pense que rendre la presse gratuite, c’est la détruire. C’est justement en général ce que j’appelle une magouille de TVA qui consiste à dire si je mets de la presse dans mon forfait téléphonique, j’ai une TVA réduite, je gagne 400 millions d’euros, ça me fait économiser 10 millions et je fais un bon plan financier, en fait ils ne s’intéressent pas à la presse, au contraire, je pense qu’ils accélèrent la disparition de la presse plutôt que l’aider. Si vous parlez de Patrick Drahi, il est venu là pour aider Libération, je ne suis pas sûr qu’en l’offrant gratuitement ça l’aide. »

 

A la question farfelue , cela vous intéresserait de racheter Orange ?

Instantanément, Xavier Niel fait la grimace : « ça appartient à l’Etat Français donc il va falloir encore un malaise vagal, ça va être compliqué », lance t-il avant de poursuivre  : « ce n’est pas le rôle de l’Etat d’être actionnaire de société privées qui sont dans le monde concurrentiel. Je pense que l’Etat doit se désengager d’Orange et vous pouvez poser la question de la légitimité peut être de l’Etat d’avoir autant de chaînes publiques». En tout cas Xavier Niel ne voit aucune fréquence du service public qui pourrait l’intéresser afin de créer une chaîne pour le moment.

 

La taxation des Gafa

Sujet récurrent, la question de la taxation des Gafa (Google, Amazon, Facebook et Apple) alors que 5,3 milliards d’euros d’impôts ont été perdus en Europe entre 2012 et 2015. Pour Xavier Niel, sans l’ombre d’un doute, les géants du net doivent payer leurs impôts : "Aujourd’hui, ils utilisent les failles du système" a t-il déclaré, estimant que l’Irlande, épinglé par Bruxelles pour non-récupération de 13 milliards de dollars d’avantages fiscaux d’Apple, gagne des millions d’euros et profite de la présence d’Apple sur son sol, pendant que l’Europe perd des milliards.

 

Sur le malaise vagal de Nicolas Sarkozy et l’obtention de la 4ème licence mobile de Free

Que dit « la légende » ? Nicolas Sarkozy alors Président de la République et proche de Martin Bouygues était opposé à ce que Free obtienne la quatrième licence mobile alors que François Fillon était partisan. Les trois opérateurs en place avaient d’ailleurs été très lourdement sanctionnés quelques années auparavant en 2005, à hauteur de 534 millions d’euros car ils s’entendaient sur les prix. François Fillion, alors Premier Ministre a donc estimé qu’il fallait un nouvel opérateur et paraît-il, Free aurait profité d’un jour (été 2009) où Nicolas Sarkozy a fait un malaise vagal pour se voir attribuer cette licence dans le dos du chef de l’Etat lors d’un conseil des ministres… Simple concours de circonstance donc ? Aux yeux de Xavier Niel, « ce n’est pas nous qui en avons profité, le gouvernement a signé ce décret ce jour-là mais je pense que cela ne peut pas être vrai, ce n’est qu’une rumeur, un hasard ! On ne peut pas supposer qu’un premier ministre fasse passer un décret juste parce que… ça paraît bizarre non ?», a t-il balayé d’un sourire difficilement interprétable. A la suite d’un long feuilleton, Free a finalement obtenu la dite licence en décembre 2009. 

 

Mettre un ticket dans les journaux, un moyen d’avoir bonne presse ? 

Sa réponse en tant qu’actionnaire du Monde et de l’Obs est la suivante : "Je crois que j’ai un niveau d’actionnariat pas très éloigné chez Médiapart par rapport au Monde, je suis plutôt pas bien traité par Médiapart et si vous regardez le Monde, Ni Matthieu (Pigasse), ni Pierre (Bergé) n’avons des articles sympathiques. Il y a quelque chose de fantastique quand vous regardez les réseaux sociaux, dès que Le Monde prend une position, ça peut être que celle de ses actionnaires, je trouve que les positions du Monde sont en tout cas éloignées au moins de deux actionnaires sur trois du Monde comme on n’ est tous les trois pas d’accord sur beaucoup de choses." Le Monde a réussi à garder son indépendance a t-il ajouté. 



L’intégralité de Clique Dimanche est à retrouver dès à présent sur myCanal.