Maxime Lombardini, DG de Free, plaide pour plus de compétition et de régulation pour stimuler l’investissement dans le FTTH

Maxime Lombardini, DG de Free, plaide pour plus de compétition et de régulation pour stimuler l’investissement dans le FTTH

Le 18 octobre s’est tenu à Bruxelles, le 5ème Forum de l’Organe des régulateurs européens des communications électroniques (BEREC). Maxime Lombardini le DG de Free faisait partie des intervenants de la première table ronde.

Un grand nombre d’acteurs des télécommunications et du numérique s’est réuni pour échanger sur des sujets qui apparaissent cruciaux pour l’avenir de ces secteurs, notamment dans le contexte de la révision du Code des Télécommunications européen dont les négociations s’ouvriront la semaine prochaine.
 
Maxime Lombardini, le DG de Free est intervenu lors de la première table ronde. Elle a permis d’échanger sur les différentes approches réglementaires européennes qui permettent de promouvoir au mieux les nouveaux modèles d’investissement et de concurrence pour atteindre l’objectif de la société du Gigabit.
 
Pour Iliad, la compétition est un élément essentiel qui ne doit pas être opposée à l’investissement.
Le DG de Free a notamment commencé par insister sur le rôle moteur de la concurrence qui stimule les investissements en prenant l’exemple de la France où les investissements sont très élevés, portés par la compétition puisque les revenus stagnent. Il a ensuite poursuivi en expliquant qu’il n’y a pas besoin de dérégulation : la régulation permet au contraire de stimuler les investissements : "un relâchement dans les processus de régulations ne pourrait que produire un relâchement dans les investissements". Une position partagée par Sébastien Soriano, président de l’ARCEP et du BEREC qui lorsqu’il a pris la parole a dénoncé la fake news suivante, "la dérégulation est une bonne chose pour les investissements".