Travail, ton univers impitoyable : chez France Télévisions “la plupart des journalistes sont au bord du craquage”

Travail, ton univers impitoyable : chez France Télévisions “la plupart des journalistes sont au bord du craquage”

“C’est la crise” à France Télévisions. Un préavis de grève a été déposé pour le 17 octobre prochain pour manifester contre "la mauvaise gestion humaine" au sein du groupe.

Un quart des salariés partent travailler avec la boule au ventre, plus d’un tiers affirment avoir fait un burn-out et 43% ressentent des douleurs à cause de leur métier ! Derrière le succès de grandes entreprises se cachent parfois des méthodes de management qui peuvent casser les salariés” c’est ainsi qu’était présenté le thème du dernier numéro de Cash Investigation.

Visiblement dans le groupe France Télévisions on connaît au moins aussi bien l’impitoyable monde du travail que chez Lidl et Free. Un préavis de grève a été déposé pour le 17 octobre prochain. En cause ? “La mauvaise gestion humaine”.

La Société des journalistes de France Télévisions qualifie de “dramatique” la situation actuelle. Ce qui se déroule au sein du groupe “a des conséquences graves sur le travail de la rédaction”.

Des journalistes de la rédaction dénoncent entre autres le non renouvellement de CDD (64 contrats sont concernés) et la rareté des piges dans une enquête réalisée par le site Pure médias. Un salarié présent dans le groupe depuis un certain nombre d’années témoigne pour Pure Médias : “La plupart des journalistes sont au bord du craquage. Les piges ont disparu… Les arrêts-maladies qui explosent ne sont pas remplacés. Les amplitudes horaires sont dingues. Les personnels n’ont qu’une envie : partir. C’est la crise”.

Les journalistes reporters d’images dénoncent "un arrêt brutal des piges dans les plannings" et en parallèle le recours à des prestations externes par manque d’effectifs au sein du groupe. 

Un "mur des cons", dont Pure Médias a pu constater l’existence a même été installé dans un couloir. Lassé par la baisse des effectifs de journalistes et l’augmentation de ceux des "encadrants" des journalistes ont pris l’initiative d’épingler les nouveaux arrivés à la direction "France Télévisions, c’est une sorte de Tour Eiffel à l’envers. On ajoute des têtes en haut, on en coupe en bas." explique un salarié.

Du côté de la direction on dément l’existence de ce mur que Pure Médias a pourtant vu, est démenti également le recours à l’externalisation pour les journalistes reporters d’images. Enfin on renvoie la patate chaude au gouvernement qui a baissé le budget de l’audiovisuel public de 36 millions pour 2018 par rapport à 2017 en ce qui concerne le non renouvellement des CDD. La direction a tout de même reçu hier la Société des journalistes (SDJ) de France 2 pour tenter de calmer les esprits.

source : Pure Media