Free et d’autres opérateurs alternatifs n’aiment pas la tournure que prend le futur code des télécoms européen et le font savoir

Free et d’autres opérateurs alternatifs n’aiment pas la tournure que prend le futur code des télécoms européen et le font savoir

L’ECTA, qui regroupe les opérateurs alternatifs européens a publié une lettre aux états membres européens pour demander à ce que la réglementation du futur code des télécoms ne mise pas tout sur l’investissement au détriment de la concurrence. 

Intitulé “un plaidoyer pour l’avenir des communications électroniques” cette lettre traduit l’inquiétude des opérateurs alternatifs européen quant à la direction que semble prendre le futur code des télécommunications européen. Cosigné par 23 PDG dont Maxime Lombardini DG de Free et Olivier Roussat PDG de Bouygues le courrier souligne qu’une réglementation trop stricte en terme de concurrence dans le but de favoriser les investissements “ne pourra pas produire d’effet positif”. Cela serait même “contraire à la fois à la logique commerciale et aux lois et politiques établies”. Pour les opérateurs alternatifs c’est une forte concurrence qui pousse à investir et ce cadre doit donc être préservé lors des discussions à venir et dans le futur texte. 

Par ailleurs les modifications qui seront apportées au code des télécoms ne doivent pas avoir pour effet de “lier les mains aux autorités de régulation nationales” mais bien de "préserver les règles en matière de position dominante sur le marché” pour conserver une forte compétition sur le marché.

 

 source : degroupnews / Lettre de l’ECTA (en)