Perquisition au siège de Vivendi dans l’affaire Mediaset

Perquisition au siège de Vivendi dans l’affaire Mediaset

Une perquisition a eu lieu ce jeudi matin au siège de Vivendi à Paris et chez Natixis dans le cadre de l’enquête italienne pour “manipulation de marché” suite au raid éclair de Vivendi qui avait racheté 30% de Mediaset, le groupe de média de la famille Berlusconi.

Selon le quotidien La Repubblica la perquisition a été mené conjointement par la gendarmerie et la cellule spéciale de la garde des finances italienne (Nucleo speciale polizia valutaria) qui s’occupe du contrôle des marchés financier et des mouvements transfrontaliers de capitaux.
 
Sur ordre du procureur de Milan les enquêteurs sont à la recherche de documents qui permettraient de reconstruire l’historique de la décision ayant portée le groupe français a monter au capital de Mediaset après avoir dénoncé l’accord pour l’acquisition de la chaîne Mediaset Premium. 
 
Pour rappel un accord de partenariat stratégique et industriel entre Vivendi et Mediaset avait été signé en 2016. Il prévoyait le rachat par Vivendi du bouquet payant Mediaset Premium et des prises de positions croisées à hauteur de 3,5%. Vivendi avait dénoncé cet accord estimant qu’avait été passé sous silence les mauvais résultats du bouquet lors de sa conclusion.
 
Ce désengagement en juillet 2016 du français a fait chuter le cours en bourse du groupe Mediaset. Fin 2016 Vivendi était alors monté au capital de Mediaset dans un raid éclair pour atteindre 28,8% du capital ce qui n’avait pas du tout plu à la famille Berlusconi. La holding familiale de Berlusconi, Fininvest, avait alors saisi la justice accusant le groupe français de “manipulation de marché”. L’enquête vise directement Vincent Bolloré et son bras droit Arnaud de Puyfontaine et Fininvest réclame 3 milliards d’euros à Vivendi.
 
Illustration La Repubblica sur la baisse du cours de Mediaset. En rouge lle désengagement de Vivendi sur Mediaset. En vert, le moment ou Vivendi monte au capital.
 
Du côté de Vivendi on commente la situation ainsi “l’enquête est le résultat de la dénonciation infondée et injurieuse présentée par Berlusconi contre Vivendi après sa montée au capital de Mediaset” et de conclure “notre société est transparente, il s’agit d’une enquête de routine.”
 
source : La Repubblica