Cinéma : Altice Studio qui refuse d’appliquer ses obligations d’investissements devra s’expliquer devant le CSA

Cinéma : Altice Studio qui refuse d’appliquer ses obligations d’investissements devra s’expliquer devant le CSA

Dans une interview au Monde le patron d’Altice affirmait qu’il ne signerait pas de contrat de financement avec la filière du cinéma car il jugeait le modèle “obsolète”. Cette déclaration n’avait fait réagir que la Société Civile des Auteurs-Réalisateurs-Producteurs (ARP) ainsi que la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques. Ce sont désormais toutes les organisations du cinéma et de l’audiovisuel qui s’allient pour saisir le CSA.
 
Pour rappel, lors de la conférence de presse donnée pour le lancement de ce service de télévision payante consacré à la diffusion de séries TV et de films, les dirigeants d’Altice Studio ont affirmé qu’ils n’entendaient pas négocier d’accord avec les organisations du cinéma et ont indiqué qu’ils n’appliqueraient pas les obligations d’investissements prévues par le droit français, la chaîne étant émise depuis le Luxembourg. De même, Alain Weil a indiqué au Festival de la fiction de La Rochelle le 15 septembre dernier que les conditions n’étaient pas encore réunies pour négocier un accord avec les organisations de la production audiovisuelle.
 
Mardi 26 septembre, le Bureau de Liaison des Organisations du Cinéma (BLOC) qui réunit 14 organisations du cinéma et de l’audiovisuel a annoncé avoir saisi le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel “afin qu’il agisse pour faire respecter par Altice Studio ses obligations aux termes du droit français”.