Plan social chez Canal+ : les salariés ne décolèrent pas et se lâchent : “Bolloré est un motif de désabonnement”

Plan social chez Canal+ : les salariés ne décolèrent pas et se lâchent : “Bolloré est un motif de désabonnement”

La colère est palpable chez les employés des centres de relations clients de Canal Plus. Ce jeudi les 153 salariés du centre de Saint-Denis qui va fermer ses portes suite au plan social annoncé en juin dernier se sont donnés rendez-vous devant le siège de Vivendi pour manifester et demander à être traités avec un peu moins de mépris.

Le plan d’économie de 250 millions d’euros ne touche pas que les créateurs qui doivent batailler ferme pour se faire payer leurs droits d’auteurs que le groupe refuse de payer malgré les contrats en place. Ce sont aussi les salariés des centres de relations clients de Saint-Denis et Rennes qui font les frais du plan d’économie

Le plan social n’est pas une surprise, les employés du centre d’appels de Saint-Denis ont vu s’écrémer les effectifs, en deux ans ils ont quasiment fondus de moitié. Ce qu’ils demandent c’est un peu plus de considération dans les négociations et une meilleure indemnité car les reclassements proposés sont pour la plupart des postes basés à l’étranger et de plus les salariés ne possèdent pas les compétences nécessaires.
 
Ce qui fait grincer des dents également ce sont les nouvelles conditions de travail que le groupe souhaite imposer à ses salariés de Rennes. Il veut en effet renégocier l’accord sur les 35h pour pouvoir les faire travailler aux heures où il y a le plus d’appels quitte à avoir un “trou” non payé en plein milieu de la journée. Exit aussi le jour de congé fixe dans la proposition du groupe.
 
Les salariés ne comprennent pas ce que cherche le groupe en fermant le centre d’appels de Saint-Denis et en mettant la pression sur les employés de celui de Rennes. Ce sont les deux centres en France qui gèrent les appels “à forte valeur ajoutée” c’est-à-dire les 10% des appels concernant des problèmes critiques : clients très énervés, faisant face à de gros problèmes, qui sont déjà passés par les centres d’appels situés à l’étranger et qui menacent de se désabonner. Un service qui devrait être bichonné vu le mal qu’à le groupe à enrayer la perte d’abonnés malgré les annonces récentes. D’ailleurs une conseillère rapporte à Libération qu’un des motifs de désabonnement récurrent est… le patron du groupe : “Bolloré n’est pas apprécié des abonnés. Il est un motif de désabonnement. On nous le ressort souvent, avec des références à des actions précises, comme lorsqu’il a retiré tous les programmes en clair de Canal+.
 
source : Libération / L’Obs