Fréquences mobiles : l’ARCEP prône le gel des redevances en échange de meilleurs engagements de couverture

Fréquences mobiles : l’ARCEP prône le gel des redevances en échange de meilleurs engagements de couverture

Sébastien Soriano, le président de l’ARCEP a expliqué à l’AFP souhaiter une “stagnation” des redevances payées par les opérateurs pour pouvoir utiliser les fréquences mobiles en échange de contrepartie en termes de couverture et d’investissements.
 
Alors que l’ARCEP a présenté sa nouvelle mouture de sa carte de couverture et que le renouvellement des fréquences 3G (800, 1800 et 2100 MégaHertz) approche à grand pas, Sébastien Soriano, s’est expliqué à l’AFP sur son choix de défendre une “stagnation” des redevances au profit de l’investissement “La volonté serait d’utiliser l’opportunité de renouvellement des fréquences pour définir de nouvelles obligations qui seront beaucoup plus ambitieuses. En échange nous pourrions par exemple envisager une stagnation des redevances versées par les opérateurs”. 
 
Le but de cette prise de position, qui n’est pas nouvelle, est d’inciter le secteur à investir massivement dans l’amélioration de la couverture mobile car le constat est clair “La France est 24e sur 28 en terme de couverture 4G en Europe. Nous devons aller plus loin, plus vite et proposer plus de débit.
 
L’idée défendue par Sébastien Soriano serait donc de renouveler les fréquences qui arrivent à échéance, mais sans passer par des enchères et en négociant de nouvelles obligations de couverture avec les opérateurs en échange. 
 
Par ailleurs le président de l’ARCEP met en garde le gouvernement contre l’appât du gain en ce qui concerne les enchères : “Il est arrivé que le gouvernement envoie des injonctions contradictoires au secteur. Je mets en garde contre une addiction excessive aux enchères juteuses par souci budgétaire”.