Netflix répond à Free : pour le patron du géant américain, Xavier Niel est « un vrai dur » en affaires

Netflix répond à Free : pour le patron du géant américain, Xavier Niel est « un vrai dur » en affaires

Comme le rapporte L’Expansion, Reed Hastings, cofondateur de Netflix, a profité d’une escale à Paris pour donner son point de vue sur les relations tumultueuses qu’entretiennent actuellement Free et le service de SVOD.

Les affaires sont les affaires, si le patron de Netflix est proche de Xavier Niel et a même visité l’Ecole 42 de ce dernier, ce n’est pas une raison pour lui d’en faire l’éloge surtout depuis que Free a attaqué le mastodonte américain devant le tribunal de commerce de Paris s’estimant avoir été lésé sur les débits moyens calculés chaque mois par Netflix via son ISP Speed Index, qui mesure la vitesse moyenne de ses flux selon les pays et les opérateurs à heure de grande écoute.

Au sujet de Xaviel Niel, Reed Hastings estime qu’il est « très sociable mais cela n’aide pas à avoir de meilleures relations d’affaires. C’est un vrai dur !" ». Néanmoins cela ne l’empêche pas de discuter avec le magnat des télécoms afin d’améliorer la qualité de son offre, précise le mensuel. Rappelant que Free a déjà eu un contentieux avec Youtube (affichage de vidéos), le patron de Netflix considère que l’opérateur a « un style plus agressif que ses pairs ». Pas étonnant puisque que celui-ci est le seul à jamais avoir trouvé d’accord avec le géant américain même si les utilisateurs de la Mini 4K peuvent profiter de ce service. "Ce serait une atteinte à la neutralité du Net s’il essayait de bloquer notre service. Certains pays ont inscrit ce principe de neutralité dans la loi, d’autres non, et il est vrai que nous préférons le premier cas de figure comme en Inde ou aux Etats-Unis» conclut l’intéressé qui n’a jamais rencontré ce problème dans la pratique auparavant. Free, le vilain petit canard.

Pour rappel, l’opérateur de Xavier Niel arrive à chaque fois en bas du classement de Netflix loin derrière ses concurrents avec le débit le plus médiocre. Réfutant ces mesures, qui visent au final à orienter l’utilisateur vers le FAI le plus performant, Free voudrait être supprimé de ce classement.