L’Agence spatiale européenne veut mettre la 5G en orbite

 En marge du salon du Bourget, l’Agence spatiale européenne (ESA) a annoncé la signature d’un partenariat “Satellite for 5G” avec 16 grands industriels du secteur satellitaire. L’initiative a pour but de fédérer l’industrie spatiale européenne et démontrer qu’un réseau 5G réalisé uniquement par satellite n’est pas une simple vue de l’esprit.

L’initiative devrait s’étendre sur au moins deux ans (2018-2020) et vise à mener des expérimentations pour répondre aux besoins de différents marchés verticaux comme les transports, les médias, les loisirs ou la sécurité publique. Mais également prouver aux opérateurs qu’il s’agit d’une solution non négligeable pour leurs futurs réseaux qui pourrait considérablement réduire les coûts dans le cas du développement d’un réseau mixte terrestre et satellitaire. D’autres avantages résident dans la couverture uniforme du territoire et la vitesse de connexion qui sont deux enjeux majeurs pour le deploiement et l’utilisation optimale de la 5G.
 
 
Pour démontrer la valeur ajoutée des satellites dans le domaine des télécommunications 5G l’Agence et l’industrie vont collaborer dans les domaines suivants :
 
  • Expérimentations de services 5G, capacités satellitaires comprises, axées sur certains secteurs cibles des télécommunications 5G, qualifiés de « secteurs verticaux » ;
  • Activités transversales portant sur le développement d’applications, la normalisation, la gestion des ressources, la démonstration de l’interopérabilité et les technologies de soutien ;
  • Activités de sensibilisation.
Les signataires se sont donné jusqu’à la fin de l’année pour définir les contours précis des projets expérimentaux et des actions transversales.
 
« La 5G offre à notre industrie spatiale une formidable occasion de faire en sorte que l’espace et les satellites fassent partie intégrante de la prochaine génération de réseaux et services de télécommunications.», a déclaré Mme Vaissière, directrice des télécommunications et des applications intégrées à l’ESA.