Vivendi réagit suite au rappel à la loi du gendarme italien des télécoms

Vivendi réagit suite au rappel à la loi du gendarme italien des télécoms

A quelques jours de l’assemblée générale de Telecom Italia (4 mai prochain) où il proposera une liste d’administrateurs, Vivendi qui en est l’actionnaire majoritaire monte au créneau. 

Le feuilleton continue, alors qu’hier Orange, par la voix de Stéphane Richard, affirmait suivre avec intérêt sans trouver le moment opportun pour s’insérer sur le marché italien dans le cas d’un désengagement de Vivendi sur Telecom Italia, aujourd’hui (2 jours après le coup de semonce de l’autorité de tutelle et de régulation des télécommunications en Italie du 19 avril dernier intimant au groupe français de faire un choix entre sa participation dans Mediaset et celle dans Telecom Italia) Vivendi publie un communiqué pour réaffirmer sa volonté “d’être un actionnaire engagé sur le long terme et créateur de valeur pour Telecom Italia”.

Le groupe français considère “Telecom Italia comme un actif clé de la distribution, jouant un rôle majeur dans son ambitieux projet de devenir un créateur mondial de contenus premium”.

Il affirme être en mesure de relever les futurs défis qui se présenteront à l’opérateur italien ainsi que sa volonté d’apporter ses actifs et l’expertise du groupes français à Telecom Italia. Il continue en annonçant croire en “l’importance d’investir de façon continue dans le développement des réseaux mobiles et fixes haut débit de Telecom Italia, pour répondre à la forte demande de services convergents de haute qualité et d’offres multi-play”

Une citation de Arnaud de Puyfontaine, Président du Directoire de Vivendi rappelle le soutien apporté à l’opérateur italien tout au long de l’année 2016.

Le communiqué se conclut sur l’intention de Vivendi de “travailler étroitement avec les dirigeants de Telecom Italia et leurs équipes ainsi qu’avec le gouvernement italien et les autorités de réglementation afin d’assurer le développement avec succès d’une société italienne majeure”.

Il reste 58 jours à Vivendi pour présenter son plan d’action et choisir entre Mediaset et Telecom Italia, mais le fait de réaffirmer aujourd’hui sa volonté d’engagement sur du long terme confirme en partie les hypothèses émises par les analystes sur un probable désengagement de Mediaset.