Publicité ciblée : Altice (SFR) se positionne de plus en plus

Publicité ciblée : Altice (SFR) se positionne de plus en plus

Après le fixe, le mobile et la convergence médias-télécoms, Alice veut s’imposer dans la publicité et en ferait presque son cheval de bataille. Récapitulatif.

En rachetant le 21 mars dernier Teads pour plus de 280 millions d’euros, une start-up française spécialisée dans la publicité sur le web via des vidéos intégrées dans les pages d’éditeurs « premium », la maison-mère de SFR affirmait officiellement sa stratégie consistant à s’attaquer aux revenus publicitaires "digitalement". L’en avait attesté Michel Combes, son PDG : « Notre groupe de télécommunication s’est diversifié dans le contenu pour amener une offre complémentaire à nos clients. Depuis maintenant plusieurs années, nous monétisons une partie des audiences créées au travers de revenus publicitaires essentiellement captés sur la télévision et la radio. La télévision migrant progressivement vers les médias digitaux, il nous paraissait intéressant de nous positionner aussi sur le digital. »

Ainsi et de toute évidence, Altice mise de plus en plus sur le savoir-faire des entreprises qu’il rachète et peaufine son ciblage « des internautes en fonction de l’âge, du sexe, du profil précis et non plus du média consulté », explique l’hebdomadaire Challenges.

Les multi-écrans

En effet, l’objectif pour le PDG de SFR est de déployer "une publicité enrichie par la donnée pour avoir un meilleur ciblage, une meilleure personnalisation et mettre en place des campagnes publicitaires multi-écrans. Face à un marché publicitaire très fragmenté, les annonceurs sont de plus en plus demandeurs pour adresser une audience quel que soit l’écran utilisé". Des paroles agrémentées d’actes puisque Altice a fait également l’acquisition d’Audience Partners, un fournisseur de solutions de publicité pilotées par la data. Ce dernier est un expert en la matière, il repère les adresses des différents écrans d’un foyer, des décodeurs aux téléphones. Un rachat qui tombe sous le sens puisque le groupe dispose d’une mine de données sur ces clients via ses box.

Cap sur la télévision

Signe de cette volonté et c’est une première en France, SFR a annoncé en février qu’il allait expérimenter dès cet été la publicité adressée sur la nouvelle chaîne du groupe, BFM Paris via des spots adaptés selon les foyers. Ce test se calquera sur les bandeaux sur internet qui s’affichent en fonction des données détenues sur l’utilisateur mais aussi par géolocalisation.

Seul hic, ce type de publicité, autorisé sur internet, est interdit à la télé hormis sur les chaînes locales. SFR reste optimiste et espère une évolution de la législation cette année. En route donc pour une transformation du modèle publicitaire.